Test AZ : l’huile de pracaxi – Blob à lèvres hydratant

Bonjour les lecteurs !

Vous êtes inquiets avec un titre pareil, hein ? Une source anonyme mais qui se reconnaîtra néanmoins m’a suggéré que ça serait plus original que de parler de gelée à lèvres, et visiblement, je l’ai écoutée. Quant à savoir si c’est plus vendeur…! :p

Voici, en tout cas, une nouvelle recette qui utilise l‘huile de pracaxi que j’ai reçue en test de la part d’AromaZone. Comme vous avez pu le lire dans mon premier article à son sujet, j’ai découvert que j’aimais beaucoup l’effet de cette huile sur les lèvres. Ayant particulièrement apprécié ma crème à lèvres l’hiver dernier, puisque je n’ai pas eu de grosse attaque de gerçures, j’en ai refait une fournée dernièrement mais je l’ai trouvée moins nourrissante, ayant remplacé l’huile d’abyssinie par du caprylis. Il faut aussi que j’avoue que je suis assez fan des encres à lèvres qui ont assez tendance à dessécher et à rendre moche sur des lèvres gercées, et que j’en ai acheté de nouvelles qu’il faut bien que je teste ; en plus, je me mordille les lèvres pendant mes exams, et le retour du froid n’arrange rien.

Tout ça pour dire que je réfléchissais à une nouvelle solution pour contrer les lèvres gercées. J’aime bien l’huile de pracaxi pure donc, mais elle laisse quand même un petit film sur les lèvres, et puis c’est pas pratique en hiver (oui, j’anticipe) de compter sur une huile toute solidifiée. Je l’utiliserai pure en « masque » de temps en temps, mais pour tous les jours, j’en suis venue à formuler une…

Gelée à lèvres hydratante !

Blob noisette

  • « Silimauve » 38.5%
  • Gel d’aloé vera 38.5%
  • Gomme xanthane 0.3%
  • HV pracaxi 10%
  • Urée 10%
  • Acide hyaluronique 0.1%
  • « CHI » (Complexe hydratation intense) 1%
  • Arôme noisette 1%
  • Cosgard 0.6%

J’en ai préparé 10g, ce qui correspond tout pile au petit pot bulle rose (6ml) d’AromaZone.

Avant tout, un petit rappel des précautions d’hygiène

Commencez par préparer votre « silimauve » : c’est un gel inspiré du silicone végétal de Caly, avec une infusion de fleurs de mauve à la place de l’eau et un nom sympa :p Pour ma part, j’en ai préparé environ 50g même s’il m’en a fallu beaucoup moins dans cette recette : j’ai fait bouillir 50g (soit 50ml) d’eau que j’ai versée sur 0,5g de fleurs et j’ai rajouté 0,2g de carraghénane (avant filtration, je trouve que ça évite d’éventuels grumeaux), bien mélangé, et filtré après 15 minutes d’infusion. Une fois le mélange refroidi, j’ai ajouté 0,5g de Cosgard, pour pouvoir conserver le surplus de « silimauve » et l’utiliser dans mes prochaines tambouilles.

Passons donc à la réalisation de la recette proprement dite. Rien de très compliqué.

Prélevez la quantité nécessaire de « silimauve », et ajoutez-y l’urée en mélangeant pour bien la dissoudre. Rajoutez le gel d’aloé vera, et ajoutez à votre mélange la gomme xanthane en remuant bien pour éviter les grumeaux. Ajoutez l’huile de pracaxi à votre gel, puis les actifs, l’arôme et finalement le conservateur. Mettez en pot… Et voilà !

Blob

Résultat : un soin pour les lèvres à la texture originale, avec un agréable goût de noisette, et qui fond sur les lèvres pour une absorption super rapide. Je l’utilise plusieurs fois par jour, et mes lèvres vont de mieux en mieux !

Restez connectés et retrouvez-moi très vite pour une nouvelle recette autour de l’huile de pracaxi ^_~

Publicités

Test AZ : l’huile de pracaxi – introduction

Coucou les lecteurs !

Vous savez quoi ? Je suis en vacances ! Enfin, me direz-vous, on va pouvoir avoir un peu de lecture. Hé ben, espérons :p

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de l’huile de pracaxi qui a récemment rejoint les rayonnages d’AromaZone, ici. J’ai été très contente qu’on me propose de la tester, parce que si vous avez suivi mes recettes, vous avez peut-être déjà remarqué que c’est une huile que j’aime beaucoup, sauf que mon fournisseur d’huile de pracaxi n’en proposait plus depuis quelque temps. Je l’ai donc retrouvée chez AromaZone avec plaisir ! Merci AZ ❤

HV pracaxi AZ

Je vous propose de commencer par s’intéresser plus en détail aux propriétés de cette huile amazonienne. AromaZone la conseille particulièrement pour le soin des cheveux :

  • Alternative naturelle au BTMS, elle conditionne et démêle les cheveux.
  • Disciplinante, elle aide à coiffer les cheveux rebelles et à contrôler les frisottis.
  • Gainante, elle limite la casse des cheveux lors du coiffage et les protège de la chaleur du sèche-cheveux.
  • Nourrissante, elle gaine et assouplit les cheveux secs, cassants et les pointes fourchues.
  • Embellit, adoucit et fait briller les cheveux rêches et ternes
  • Dessine les boucles des cheveux frisés et crépus
  • Grâce à son toucher soyeux non gras, elle ne laisse pas de sensation de gras sur les cheveux.

Mais l’huile de pracaxi est polyvalente ! On peut aussi l’utiliser dans le soin de la peau, puisqu’elle est aussi :

  • Régénérante, elle aide à réparer les peaux abîmées et booste le renouvellement cellulaire.
  • Assouplissante, elle contient des acides gras qui contribuent au maintien de l’hydratation de la peau.
  • Nourrissante, elle participe à la restauration du film hydrolipidique cutané, grâce à son contenu en acides gras.
  • Antibactérienne, elle est appréciée par les peaux à problèmes.

Vous savez quoi ? Quand j’ai reçu l’huile d’AromaZone à tester, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de la comparer avec mon huile Gisella Manske. Mon verdict, c’est déjà que celle d’AromaZone est un peu plus fluide (je vous ai dit que l’huile de pracaxi allait rester figée tout l’hiver, puisqu’elle se liquéfie à partir de 18,5° ?). Je trouve aussi qu’elle a un toucher plus sec, et surtout, elle sent vraiment meilleur ! Elle a une odeur assez sympa de noisette grillée je dirais, dont on doit pouvoir tirer parti dans une formulation qui l’utilise.

Comme je n’avais pas encore entendu parler des propriétés de l’huile de pracaxi sur les cheveux, j’ai décidé de la tester telle quelle tout en sachant que mes cheveux non-poreux n’aiment pas vraiment l’huile. Oui, c’était un pari risqué ! J’ai réparti quelques gouttes d’huile GM sur mes pointes du côté gauche, et quelques gouttes d’huile AZ du côté droit. ^^ Il n’y a pas eu d’effet soin miracle (rien d’étonnant), par contre je confirme que l’huile AZ tout particulièrement ne laisse pas de toucher tout gras sur les cheveux : en tout cas, pour moi c’est la meilleure huile parmi celles que je me suis risquée à tester telle quelle sur mes cheveux. Je pense que je la testerai dans une formulation plus adaptée à ma nature de cheveux, comme un après-shampooing par exemple.

En revanche, c’est sa réputation d’huile adaptée aux peaux à problèmes qui m’a attirée dès le départ. Mais j’ai remarqué que je l’avais toujours utilisée dans un mélange d’huiles, c’est pourquoi j’ai décidé de voir ce que ça donnait de l’appliquer pure sur la peau, en guise de dernière étape de layering… Au début, je me suis dit que c’était une mauvaise idée ! C’est assez gras quand même à l’application, et je n’ai pas la peau sèche, j’ai vite eu peur que ça ne pénètre pas et que ça reste tout luisant sur ma figure. Sauf que le temps que je finisse de râler intérieurement contre cette idée bizarre de tester une huile pure juste avant de me maquiller, j’ai remarqué que l’huile commençait en fait à être absorbée assez rapidement. Elle ne m’a pas laissé de film gras, juste une sensation de peau veloutée et douce, et j’ai même pu me maquiller sans problème. Cela dit je pense quand même que ça n’est pas l’idéal pour un layering matinal, mais pour le soir, pourquoi pas !

Et puis, un soir de flemme d’aller chercher ma crème pour lutter contre mes lèvres gercées, j’ai attrapé le flacon d’huile de pracaxi en me disant que ça ne ferait pas de mal, et que ça aurait le temps de poser pendant la nuit. AromaZone ne la conseille pas pour le soin des lèvres, mais j’ai trouvé cette huile super efficace ! Elle est rapidement absorbée mais laisse un petit film protecteur sur les lèvres, difficile à décrire parce que pas gras, mais très agréable. Et puis elle a un bon goût de noisette ! Le lendemain, j’ai trouvé que l’état de mes lèvres s’était bien arrangé, et j’ai décidé de l’utiliser dans une toute nouvelle formule.

Voilà déjà ce que je peux vous dire sur l’huile de pracaxi pure ! Je peux déjà vous proposer de jeter un œil à mes précédentes recettes qui comportent de l’huile de pracaxi : un sérum au thé vert et une crème amazonienne. Et c’est avec plaisir que je vous retrouverai très vite pour deux nouvelles recettes élaborées tout spécialement, alors, ne partez pas trop loin 🙂

Baume à lèvres teinté « Daruma »

こんにちは!Aujourd’hui je vous retrouve avec une petite recette qui m’a beaucoup éclatée. Un baume à lèvres teinté, oui, mais décoré à l’effigie du personnage japonais Daruma !

Une fois n’est pas coutume, je vais d’abord vous montrer la fiche de mon baume à lèvres pour que vous voyez de quoi (de qui) je parle 🙂Daruma2

Bon, je vous avoue que ça fait un moment que j’ai fait cette recette, alors je ne suis plus sûre s’il s’agit des proportions pour un baume ou pour les deux… ^^’ Parce que j’en ai aussi réalisé un petit pour moi en même temps. Je pense que cela vous permettra effectivement d’avoir un peu de rab si vous utilisez un pot de 10ml !

  • Beurre de karité: 5g
  • HV macadamia : 5g
  • Red lip liquid n°40 TKB : 12 gouttes
  • Carmine dye TKB / colorant rouge baiser AZ : 8 gouttes
  • Arôme fraise 0,1g
  • Vitamine E 0,02g
  • Oxyde noir
  • Oxyde de zinc
  • Mica doré

Comme d’habitude, n’oubliez pas de prendre toutes les précautions d’hygiène nécessaires. Faites fondre le beurre de karité et ajoutez-lui le beurre de karité et les colorants pré-dispersés (vous pouvez aussi disperser des ocres ou des oxydes vous-même dans un peu d’huile) ; mélangez bien. Rajoutez l’arôme et la vitamine E et dépêchez-vous de couler avant que la préparation refroidisse. Vous pouvez ensuite mettre le pot au frais pour accélérer la prise.

Et c’est une fois que le baume est pris que vous pouvez libérer votre créativité. Faites fondre un tout petit peu (une « miette ») de beurre de karité auquel vous ajouterez un peu d’oxyde de zinc pour obtenir votre colorant blanc et décorez le baume en trempant un cure-dent dans le karité blanc. Faites de même avec le mica doré pour les parties dorées, puis avec l’oxyde noir. Laissez refroidir, et admirez : amusez-vous, et au pire vous aurez un baume à lèvres M&m’s 😉

Pour la touche finale, collez l’étiquette sur votre pot et si vous avez l’habitude de les plastifier, laissez les yeux accessibles pour pouvoir faire un vœu !

Daruma-étiquetteJe n’ai toujours pas osé tester mon baume à lèvres parce que j’étais très contente de ma déco. Oui, c’est contre-productif ! Par contre Pnixie l’a utilisé et il semblerait qu’il lui ait plu 🙂

Et voilà le résultat !

Daruma 3

A très bientôt pour la suite et fin des recettes du swap ! またね!

Le swap « Escale au Japon »

みんなさんこんにちは – Minna-san konnichiwa !

Aujourd’hui est enfin venue l’heure de mes articles sur le swap Escale au Japon organisé par Sylviane… en mars, oui mais mieux vaut tard que jamais ! J’étais déjà assez fière d’avoir réussi à gérer la préparation de mon colis en même temps que mes exams (vous savez, ceux que j’ai eu toute l’année en fait). Étudiante en japonais comme vous le savez peut-être, et fan de la culture japonaise, ça aurait été impensable que je ne participe pas !

J’ai reçu un ma-gni-fique colis de la part de Tout Nat’urellement dont j’ai vraiment adoré tout le contenu, ses produits sont géniaux et sentent vraiment super bon. D’ailleurs je vous conseille chaudement d’aller jeter un œil à son article sur le swap et à ses recettes ! Dans ce superbe plateau à bentô fait main, j’ai pu trouver :

Bentô

Quant à moi, j’ai envoyé un colis à Pnixie, qui contenait :

Swap

Les recettes ne vont pas tarder, le temps de vous faire de jolis petits articles… 😉 En attendant, またね – mata ne ! ^o^

Le kit « layering » de voyage

Bon, j’ai mis layering dans le titre parce que ça parlera à plus de monde, mais moi je suis étudiante en japonais et il semblerait qu’au Japon, layering ça ne renvoie pas à grand-chose en rapport avec la cosmétique ! Pour faire classe je parlerais bien de Nihon-teki keishôhin (日本的化粧品) mais vous n’allez pas retenir. Donc à vous de voir comment vous voulez appeler cette technique, layering, millefeuille ou 日本的化粧品 !

Dans tous les cas, il s’agit bien d’un programme de soins inspiré par celui des Japonaises, j’me suis renseignée ! Ça consiste à utiliser une série de soins pour le visage matin et soir, chacun ayant sa propre utilité. Cette technique étant à la mode et expliquée un peu partout, vous avez le choix mais je vais vous conduire chez Zaubette qui a écrit tout un très bon article sur le layering ! Ben oui je ne vais pas répéter ce qu’elle a très bien expliqué, sinon c’est pas comme ça que je vais avancer mes articles.

Parce qu’en fait, je voulais vous présenter ma dernière trouvaille en matière de layering, ou comment éviter de partir en vacances avec une trousse de toilette qui pèse 5 kilos : le kit de layering spécial voyage !

Millefeuille fluo

Bon, je ne suis pas partie en vacances cet été en fait, donc je n’ai pas eu de soucis de trousse de toilette, mais si là, tout de suite, on m’apprenait que j’ai gagné un voyage aux Seychelles, hé ben je serais prête :p

Pour ce kit, j’ai utilisé deux lots de pots empilables de 10ml de chez Aroma-Zone (ils les ont aussi en couleur, mais j’ai préféré m’amuser à colorer directement les produits, au grand dam de l’homme de la maison d’ailleurs). Voyons en détail ce qu’il y a dans cet arc-en-ciel de produits…

  • Un démaquillant huileux à la noix de coco (pour le soir) : inspiré de celui de Zaubette, c’est un démaquillant vraiment tout simple et qui sent merveilleusement bon ! 80% d’huile de coco et 20% de gélisucre, et hop ! Un démaquillant super efficace même contre le mascara waterproof, j’adore !
    Huile démaquillante
  • Un nettoyant visage tout rose : rien de très original ici, juste le reste de mon échantillon de nettoyant pseudo-solide du swap de printemps, dilué pour le rendre crémeux, et coloré, comme vous vous en seriez sans doute déjà rendu compte. Le prochain sera inspiré de la gelée nettoyante des Cosmétiques de Lilith que je vous conseille, ayant eu la chance de la tester !

Nettoyant visage

  • Une gelée de miel : c’est ce à quoi j’ai réfléchi le plus longtemps, comment inclure ma lotion dans ces petits pots ? Finalement j’ai eu l’idée de réaliser une version gélifiée de mon eau de miel à la lavande, en ajoutant 1% de carraghénane (et du colorant). Pour la petite histoire, Lison et moi avons eu à peu près la même idée au même moment, mais nos deux versions de gelée de miel n’ont en fait rien à voir ! Vous pouvez quand même aller voir la sienne, je vous autorise 😉

    Note sur cette gelée : j’adore sa consistance, c’est une gelée mais on a l’impression de retrouver une lotion liquide quand on l’applique ! N’empêche qu’avec une texture de confiture pareille on s’attend à tomber sur une odeur de fruits jaunes, pas de lavande… Je pense que la prochaine sera à la pêche ou à l’abricot 🙂

    Gelée de miel

  • Un sérum à l’aloé vera : je n’utilise habituellement pas de sérum dans ma routine, parce que je ne sais pas quoi mettre dedans après avoir mis plein d’actifs dans la lotion. Mais j’avais 6 pots sous la main ! J’ai donc opté pour une recette toute simple : 84% de gel d’aloé vera, 1% de glycérine, 10% de miel, 5% d’arrow root (et du colorant). J’aime bien en fait, de quoi me faire réfléchir à utiliser ce genre de sérum à chaque fois…

Sérum

  • Une crème de jour « express » à la poire : je n’aurais pas pensé à cet arôme sans avoir été inspirée par le vert que j’avais prévu, ça aurait été dommage ! J’ai utilisé le lait végétal AZ comme base (à 63 %), ajouté de l’aloé vera (31 %), 5% de MSM, 1% d’extrait aromatique de poire et du colorant vert. Bilan, une crème légère et très parfumée, mmm !

Crème jour

  • Une crème de nuit « express » : je suis aussi partie d’une base de 86% de lait AZ (je ne vous avais pas dit que j’ai fini cette tambouille à minuit, ça explique le choix des crèmes « express » ^^), à laquelle j’ai rajouté 5% d’urée diluée dans 3% d’hydrolat de lavande, 5% d’acides de fruits, et 1% d’absolue de benjoin. Benjoin-lavande, il fallait y penser mais le résultat me plaît beaucoup !

Crème nuit

  • Et je finis mes soins avec une pointe de crème pour les lèvres. Elle n’a pas son propre pot parce que 10ml, c’est largement trop pour une dose de voyage ! D’ailleurs, j’ai réussi à en transférer à grand peine dans un flacon gloss, et c’est beauuucoup plus pratique pour en mettre juste la quantité qu’il faut 😉

Et voilà, si maintenant c’était à vous qu’on offrait le voyage aux Seychelles finalement (mais vous m’emmèneriez bien avec vous, hein ?), vous sauriez comment emporter votre routine de soins sans payer de surcharge de bagages ! ^_^

Une révélation pour les couples : la crème à bisous Kikolpa !

Si vous êtes en couple, vous savez déjà qu’une des plus grandes mascarades de notre temps c’est la façon dont les publicitaires ont réussi à nous faire croire qu’avec un baume à lèvres « on embrasse mieux que personne ». Sérieusement ! Tous les représentants de la gent masculine interrogés lors d’un récent sondage (conduit sur un nombre de spécimens assez restreint, j’avoue, n’hésitez pas à partager vos expériences pour rendre l’étude plus sérieuse) ont confirmé que c’était un mythe et qu’ils détestent quand les filles qui ont les lèvres qui collent. Le problème, c’est que la gent féminine, elle, déteste avoir des lèvres qui font aussi lime à ongles. Du coup qu’est-ce qu’on fait quand on a les lèvres qui gercent au moindre coup de vent et qu’on ne veut pas se mettre au régime de bisous ?

Hé ben, on invente une crème à lèvres : pas un baume qui reste des heures sur les lèvres, mais une crème hyper hydratante absorbée en quelques minutes à peine !

Crème à bisous

Voici la recette de cette merveille (je vous propose d’en faire 10ml, j’en ai préparé 15 pour remplir le pot transparent et ça fait franchement beaucoup) :

Liste de courses :

Phase A :

  • HV abyssinie : 5% soit 0,5g (nourrissante, émolliente et très pénétrante)
  • Beurre de sal : 5% soit 0,5g (nourrissant, anti-inflammatoire et très pénétrant)
  • Olivem 1000 : 5% soit 0,5g (émulsifiant très pénétrant et hydratant à longue durée)
  • Cristaux de menthol : 0.3% soit 0,03g (effet « glaçon » et repulpant)

Phase B :

  • Eau : 49.1% soit 4,91g
  • Gel d’aloé vera : 20% soit 2g (hydratant, cicatrisant, protecteur et très pénétrant)
  • Miel : 2% soit 0,2g (hydratant, nourrissant, cicatrisant, adoucissant)
  • Carraghénane : 0.5% soit 0,05g (hydratant et lissant)
  • Glycérine : 5% soit 0,5g (hydratant, adoucissant)
  • Urée : 5% soit 0,5g (hydratant, adoucissant, très pénétrant et légèrement exfoliant à cette concentration)

Phase C :

  • Bisabolol : 1% soit 0,1g (apaisant, cicatrisant)
  • Absolue de baume du Pérou : 0.03% soit 0,003g (dosage maximal recommandé pour un produit pour les lèvres, ça va être compliqué à doser mais comme j’en ai préparé 2 pots en même temps, c’était quand même plus facile. Sent super bon, en plus de ses propriétés cicatrisantes)
  • Absolue de benjoin : 1% soit 0,1g (sent super bon, cicatrisante, apaisante, adoucissante et hydratante)
  • Arôme vanille : 0,47% soit 0,047g (miam)
  • Cosgard : 0.6% soit 0,06g (conservateur)

A noter : vous pouvez arranger la recette à votre sauce, retirer le menthol, changer le parfum… Je vous autorise ❤

Recette :

Après préparation, nettoyage et désinfection de votre laboratoire, comme d’habitude, commencez par mélanger tous les ingrédients de la phase A (phase huileuse) sauf le menthol que vous ajouterez un peu plus tard. Pour faire une aussi petite quantité, vous allez galérer sans balance de précision. Une solution peut être de préparer cette recette pour toutes vos amies, le dosage sera alors plus simple ! Préparez aussi la phase B (phase aqueuse) dans laquelle vous mélangerez tout, sauf l’urée qu’on ajoutera aussi ensuite. Préparez un bain-marie dans lequel vous mettrez vos deux phases à chauffer jusqu’à atteindre environ 70°C.

Rajoutez au dernier moment le menthol dans la phase A et l’urée dans la phase B, en mélangeant bien. Retirez vos deux bols du bain-marie, versez la phase B dans la phase A sans vous brûler (ben oui, c’est chaud) et émulsionnez en mélangeant bien jusqu’au refroidissement de votre préparation.

A ce moment-là seulement, vous pouvez envisager d’incorporer les ajouts de la phase C en mélangeant bien entre deux. Mieux, faites-le. Transférez ensuite votre mixture dans un joli pot, et entamez une danse de la victoire. A vous les bisous et les lèvres toutes douces !

Crème à lèvres ouverteElle a l’air bien entamée là, mais c’est trompeur, j’en ai transféré une partie dans le petit pot rose pour l’emmener en voyage.

Résultat :

Une crème à lèvres onctueuse et au parfum délicieux qui correspond parfaitement à ce que j’avais espéré ! L’effet « glaçon » peut surprendre dans une crème au parfum tout doux comme celle-là, mais j’aime bien. Je l’utilise comme dernière étape de mon layering, matin et soir, et je n’ai pas les lèvres gercées en ce moment… mais vous me direz, on est en été. J’attends donc, sans trop d’impatience hein, l’hiver pour tester son efficacité en conditions extrêmes !

Gommage à lèvres au coquelicot – Swap du Printemps

Pour ceux qui n’ont pas suivi, un tour par , hop hop hop !

Gommage à lèvres au coquelicot

Une version gourmande du gommage à la pomme verte d’AromaZone… à base de bonbons au coquelicot ! Oui, ceux-là ! coquelicot

Ingrédient :

%

~10 ml
(avec balance)

~10 ml
(avec éprouvette)

– Cera bellina :

5.00

0.5 g

1 cuillère TAD

– Huile végétale de Macadamia BIO :

38.70

3.9 g

4.2 ml

– Glycérine végétale :

5.00

0.5 g

0.5 ml

– Bonbon coquelicot en poudre :

51.00

5,1 g

– Mica :

0.10

0.01 g soit 1 DROP

1 cuillère DROP

– Vitamine E :

0.20

0.02 g soit 1 goutte

0.02 ml soit 1 goutte

Donc, tout d’abord, on commence par nettoyer, désinfecter et préparer son plan de travail. Puis on peut sortir son mixer pour broyer quelques bonbons au coquelicot assez finement. Si vous n’avez pas de mixer, soyez créatifs, ça doit aussi marcher au mortier et au pilon, ou à coups de rouleau à pâtisserie (ça risque d’être plus long par contre).

Ensuite, on mélange la cera bellina avec l’huile de macadamia, on fait fondre le tout au bain-marie et on sort le bol quand c’est liquide.

On ajoute tout le reste en mélangeant, puis on attend que ça refroidisse (bain d’eau froide, frigo, congélateur… rebord de fenêtre…) en continuant de mélanger. Lorsque c’est froid et que la cire a pris, on n’a plus qu’à mettre en pot ! Et voilà, un délicieux petit gommage ! ^_^