Une révélation pour les couples : la crème à bisous Kikolpa !

Si vous êtes en couple, vous savez déjà qu’une des plus grandes mascarades de notre temps c’est la façon dont les publicitaires ont réussi à nous faire croire qu’avec un baume à lèvres « on embrasse mieux que personne ». Sérieusement ! Tous les représentants de la gent masculine interrogés lors d’un récent sondage (conduit sur un nombre de spécimens assez restreint, j’avoue, n’hésitez pas à partager vos expériences pour rendre l’étude plus sérieuse) ont confirmé que c’était un mythe et qu’ils détestent quand les filles qui ont les lèvres qui collent. Le problème, c’est que la gent féminine, elle, déteste avoir des lèvres qui font aussi lime à ongles. Du coup qu’est-ce qu’on fait quand on a les lèvres qui gercent au moindre coup de vent et qu’on ne veut pas se mettre au régime de bisous ?

Hé ben, on invente une crème à lèvres : pas un baume qui reste des heures sur les lèvres, mais une crème hyper hydratante absorbée en quelques minutes à peine !

Crème à bisous

Voici la recette de cette merveille (je vous propose d’en faire 10ml, j’en ai préparé 15 pour remplir le pot transparent et ça fait franchement beaucoup) :

Liste de courses :

Phase A :

  • HV abyssinie : 5% soit 0,5g (nourrissante, émolliente et très pénétrante)
  • Beurre de sal : 5% soit 0,5g (nourrissant, anti-inflammatoire et très pénétrant)
  • Olivem 1000 : 5% soit 0,5g (émulsifiant très pénétrant et hydratant à longue durée)
  • Cristaux de menthol : 0.3% soit 0,03g (effet « glaçon » et repulpant)

Phase B :

  • Eau : 49.1% soit 4,91g
  • Gel d’aloé vera : 20% soit 2g (hydratant, cicatrisant, protecteur et très pénétrant)
  • Miel : 2% soit 0,2g (hydratant, nourrissant, cicatrisant, adoucissant)
  • Carraghénane : 0.5% soit 0,05g (hydratant et lissant)
  • Glycérine : 5% soit 0,5g (hydratant, adoucissant)
  • Urée : 5% soit 0,5g (hydratant, adoucissant, très pénétrant et légèrement exfoliant à cette concentration)

Phase C :

  • Bisabolol : 1% soit 0,1g (apaisant, cicatrisant)
  • Absolue de baume du Pérou : 0.03% soit 0,003g (dosage maximal recommandé pour un produit pour les lèvres, ça va être compliqué à doser mais comme j’en ai préparé 2 pots en même temps, c’était quand même plus facile. Sent super bon, en plus de ses propriétés cicatrisantes)
  • Absolue de benjoin : 1% soit 0,1g (sent super bon, cicatrisante, apaisante, adoucissante et hydratante)
  • Arôme vanille : 0,47% soit 0,047g (miam)
  • Cosgard : 0.6% soit 0,06g (conservateur)

A noter : vous pouvez arranger la recette à votre sauce, retirer le menthol, changer le parfum… Je vous autorise ❤

Recette :

Après préparation, nettoyage et désinfection de votre laboratoire, comme d’habitude, commencez par mélanger tous les ingrédients de la phase A (phase huileuse) sauf le menthol que vous ajouterez un peu plus tard. Pour faire une aussi petite quantité, vous allez galérer sans balance de précision. Une solution peut être de préparer cette recette pour toutes vos amies, le dosage sera alors plus simple ! Préparez aussi la phase B (phase aqueuse) dans laquelle vous mélangerez tout, sauf l’urée qu’on ajoutera aussi ensuite. Préparez un bain-marie dans lequel vous mettrez vos deux phases à chauffer jusqu’à atteindre environ 70°C.

Rajoutez au dernier moment le menthol dans la phase A et l’urée dans la phase B, en mélangeant bien. Retirez vos deux bols du bain-marie, versez la phase B dans la phase A sans vous brûler (ben oui, c’est chaud) et émulsionnez en mélangeant bien jusqu’au refroidissement de votre préparation.

A ce moment-là seulement, vous pouvez envisager d’incorporer les ajouts de la phase C en mélangeant bien entre deux. Mieux, faites-le. Transférez ensuite votre mixture dans un joli pot, et entamez une danse de la victoire. A vous les bisous et les lèvres toutes douces !

Crème à lèvres ouverteElle a l’air bien entamée là, mais c’est trompeur, j’en ai transféré une partie dans le petit pot rose pour l’emmener en voyage.

Résultat :

Une crème à lèvres onctueuse et au parfum délicieux qui correspond parfaitement à ce que j’avais espéré ! L’effet « glaçon » peut surprendre dans une crème au parfum tout doux comme celle-là, mais j’aime bien. Je l’utilise comme dernière étape de mon layering, matin et soir, et je n’ai pas les lèvres gercées en ce moment… mais vous me direz, on est en été. J’attends donc, sans trop d’impatience hein, l’hiver pour tester son efficacité en conditions extrêmes !

Publicités

Le dentifrice ultime aux parfums biscornus

Vous avez remarqué ? J’ai ENFIN fini de mettre les recettes du Swap du printemps (non, plus de lien, vous devez le connaître par cœur à force non ?) en ligne ! Pour la peine, je me dis que ça vous ferait sûrement plaisir de voir du neuf, et à moi aussi d’ailleurs. Je vous propose donc de découvrir ma recette ultime de dentifrice, long aboutissement de nombreuses tentatives dont je vous épargnerai le détail parce que le goût, la texture, la couleur, ou un subtil mais détonnant mélange des trois n’était pas au rendez-vous.

L’ingrédient-clé de cette recette, c’est le Sodium Lauryol Sarcosinate (j’ai pitié, je vous épargne de taper son nom dans la barre de recherche…) qui permet d’avoir une vraie mousse comme dans un vrai dentifrice, et pas un genre de pâte granuleuse qui fond une fois mise en bouche ! L’ingrédient-clé-numéro-deux, oui oui, c’est le xylitol qui vient agréablement contrebalancer le goût salé du bicarbonate de soude (le dentifrice aux fruits mais salé, vous avez déjà essayé ? Moi oui :p) et prendre soin de vos petites quenottes.

Voici la fameuse recette, inspirée pour une part d’Aroma-Zone, pour une autre part de Mes grimoires bio et pour le reste d’une vision obtenue lors d’une transe chamanique.

Proportions pour un tube Tottle de 50ml avec peut-être un peu de marge, cf paragraphe sur le remplissage (environ 80g) :

– eau / hydrolat : 17% (13,6g)
– Sodium Lauryol Sarcosinate : 5% (4g)
– glycérine : 5% (4g)
– xanthane : 0,5% (0,4g)
– carbonate de calcium : 55,5% (44,4g)
– xylitol : 10% (8g)
– lithotamne : 4,1% (3,28g)
– bicarbonate de soude : 0,3% (0,24g)
– arômes : 2% (1,6g)
– Cosgard : 0,6% (0,48g)

Qu’est-ce qu’on fait avec tout ça, une fois qu’on l’a pesé grâce à une balance de précision qui va nous simplifier la vie d’une façon inimaginable plutôt que de préparer tout ça avec des cuillères doseuses ? On mélange d’un côté l’eau ou l’hydrolat, le tensioactif affublé d’un nom si charmant et la glycérine, avant de saupoudrer rapidement la gomme xanthane et remuer encore plus rapidement pour éviter les grumeaux – je viens à peine de choper le coup de main, mais en vrai j’ai deux mains gauches, donc ça ne doit pas être si compliqué que ça. Si ça donne un gel homogène, on peut souffler et se réjouir.

Après cette courte pause, on ajoute le carbonate de calcium, le xylitol, le lithothamne, le bicarbonate de soude, les arômes puis le cosgard en mélangeant bien entre chaque ajout. On peut rajouter des colorants alimentaires aussi, à ce stade-là. Une nouvelle vision me souffle que ça marcherait peut-être mieux en versant progressivement le gel dans les poudres, comme pour la pâte à crêpe ? Quoi qu’il en soit, c’est une fois que la préparation est bien lisse et que vous êtes content de vous que le plus difficile s’annonce…

Faire rentrer le dentifrice dans le flacon muni d’une ouverture ridiculement petite étant donnée la texture dudit dentifrice ! Mais je vais vous livrer le fruit de nombreuses tentatives qui ont pu se solder par le remplissage inutile puis nettoyage de divers récipients ou seringues inappropriés, des débordements ou des explosions de dentifrice, ou bien encore qui ont pris un certain nombre de minutes voire peut-être d’heures parce que pour remplir un flacon entier avec le manche d’une petite cuillère quand même faut être patient. Vous avez de la chance. *roulements de tambour et suspense un rien exagéré au vu de la situation* Utilisez une poche à douille !

Bon, là où cette recette devient intéressante, parce qu’il faut admettre que jusque là c’étaient surtout des prouesses techniques tout ça, c’est qu’on peut être créatifs sur les parfums. Moi en tout cas, encouragée par les arômes bizarres des dentifrices Lush, j’ai bien aimé, déjà parce que la menthe j’aime pas ça et qu’avec des arômes naturels il paraît impossible de trop se rapprocher de l’arôme artificiel de framboise dont quelques années de goûtage quotidien ont étrangement fini par me lasser assez vite, et ensuite, parce que j’aime jouer à la savante folle des cocktails improbables. (ah bon ?) Comme je viens déjà d’écrire un pavé, je vais seulement vous donner les hydrolats et les arômes utilisés et je vous laisse compléter avec la recette plus haut, à vous de bosser aussi un peu.

Voici donc les trois dernières créations, avec juste l’étiquette parce qu’elle n’est pas floue, contrairement aux photos que j’ai essayé d’obtenir des tubes qui restaient pourtant tout à fait immobiles.

Dentifrice Vanilla IceVanilla Ice : un dentifrice qui serait un peu plus « ice » en n’utilisant que de l’hydrolat de menthe, mais déjà il ne me restait plus qu’un fond, et ensuite, même si je suis aventurière, à la base j’aime quand même pas la menthe. Du coup il est plus « vanilla », et ça me va aussi bien !

  • hydrolat de menthe verte 12% (9,6g) + eau 5% (4g)
  • arôme vanille 1,1% (0,88g)
  • arôme nougat 0,6% (0,48g)
  • arôme caramel 0,3% (0,24g)

Dentifrice BouquetC’est le bouquet ! : un assemblage improbable de différents arômes fleuris et fruités. Encore plus improbable, le goût est génial, j’adore ! J’ai l’impression de me brosser les dents avec les petites guimauves blanches à la fleur d’oranger qu’on achetait à la pharmacie pour me remonter le moral quand j’étais malade !

  • hydrolat fleur d’oranger 12,5% (10g)
  • hydrolat d’ylang-ylang 4,5% (3,6g)
  • arôme rose 1,1% (0,88g)
  • arôme fraise des bois 0,3% (0,24g)
  • arôme vanille 0,3% (0,24g)
  • arôme framboise 0,15% (0,12g)
  • arôme violette 0,15% (0,12g)

Dentifrice CitronnadeCitronnade : il a un nom qui donne l’impression qu’il contient des arômes classiques, ben non, je peux pas m’en empêcher. Au final, un dentifrice très rafraîchissant dont on remarque surtout les deux citrons en un peu plus doux.

  • hydrolat laurier 17% (13,6g)
  • citron 0,55% (0,44g)
  • citron vert 0,55% (0,44g)
  • poire 0,6% (0,48g)
  • vanille 0,3% (0,24g)

Dentifrice Fruits

Et puis parce que je l’aime bien, le look de mon tube de dentifrice précédent, oui, celui aux fruits salé : –>

Bon ! Maintenant à vous de tester mes parfums bizarres ou de vous lancer dans de nouveaux cocktails… Venez me prévenir si vous découvrez quelque chose de sympa !

NB : Contrairement à ce que la lecture de cet article pourrait facilement le suggérer, cette recette ne contient aucun produit stupéfiant ou alcoolisé. :p