Test AZ – Hydrolat d’hélichryse italienne de Provence bio

Bonjour à tous ! Me voici de retour pour vous présenter un (relativement) nouveau produit disponible chez Aroma-Zone. Relativement parce que j’ai pris le temps de bien le tester pour que vous puissiez vous faire un avis !

Hydrolat d'hélichryse italienne de Provence bio

Il y a quelque temps donc, Aroma-Zone m’a contactée pour me proposer de tester leur nouvel hydrolat d’hélichryse. Je me suis précipitée pour leur dire « ouiiii, envoyez-moi de l’hélichryse !!! » tout en me demandant s’ils avaient eu accès à ma webcam d’une manière ou d’une autre, puisque l’hélichryse est réputée pour son action anti-cernes et que j’ai toujours été bien gâtée en la matière !

Mais voici pour quoi vous pourrez aussi l’utiliser :

  • Activateur de la circulation au niveau cutané, il diminue la dilatation des vaisseaux et atténue les rougeurs et les cernes.
  • Anti-inflammatoire cutané, il apaise les petites irritations et rougeurs de la peau.
  • Cicatrisant, il favorise la régénération des cellules.
  • Astringent, il tonifie et raffermit les tissus.
  • Il aide à atténuer les hématomes.
  • Purificateur sanguin et activateur du pancréas et de la vésicule biliaire, il aide à évacuer les toxines.
  • Activateur lymphatique et circulatoire, il contribue à lutter contre les troubles circulatoires et la rétention d’eau.
  • Mucolytique, il fluidifie le mucus et aide à dégager les voies respiratoires en cas de sinusite ou d’allergies.

Comme je suis donc née avec des cernes dont je cherche depuis longtemps à me débarrasser, c’est bien évidemment l’efficacité de l’hélichryse dans ce domaine que j’ai voulu tester. J’ai décidé de l’intégrer à ma routine visage à raison de deux pschitts matin et soir avant ma lotion habituelle. J’avais un moment envisagé de prélever mon hydrolat au frigo à chaque fois pour un effet froid ajouté, mais j’ai tendance à oublier ce que je n’ai pas sous les yeux (pourtant, les cernes… ^^) donc j’en ai rempli un petit vaporisateur avec 0,6% de Cosgard pour pouvoir le ranger avec les autres cosmétiques.

Première (heureuse) constatation : ça sent bon ! J’ai déjà eu affaire à l’huile essentielle d’hélichryse qui m’avait laissé un souvenir olfactif assez marquant, dans le mauvais sens du terme, alors j’ai été agréablement surprise de ne pas retrouver sa signature.

Pour ce qui est de l’efficacité, je vous laisse tout simplement juger avec mon avant/après longue durée :

Début de l’expérience

Après un mois

Après un mois et demi

Après deux mois et demi

Et donc côte-à-côte : on voit bien que mes cernes sont beaucoup moins foncés et marqués qu’avant ! 😀

 

Autant vous dire que je vais garder précieusement l’hélichryse dans ma routine ! Peut-être que je pourrais aussi l’intégrer dans un soin plus avancé avec d’autres actifs anti-cernes comme l’extrait de petit houx… Mais en tout cas je valide complètement l’hydrolat d’hélichryse et je remercie Aroma-Zone pour cette découverte ! ^_^

Publicités

Test AZ : l’huile de pracaxi – Crème de jour « La nouvelle Amazone »

Bonjour les lecteurs !

Je vous sens déçus par le titre, vous vous dites « mouais, elle essaie de nous recycler une ancienne recette en la faisant passer pour une nouvelle ! » Non non. Autant j’avoue que c’est plutôt pratique de pouvoir réutiliser mes jolies étiquettes amazoniennes, autant c’est une toute nouvelle recette, je vous assure, et en plus, elle est top. C’est simplement que le thème « produits amazoniens » m’inspire, tout comme AromaZone qui leur consacre une rubrique spéciale sur leur nouveau site ! Est-ce qu’AromaZone se sent proche de l’Amazone ? Allez savoir.

Quoiqu’il en soit, voici la recette de ma nouvelle crème de jour, qui vise toujours à purifier la peau tout en la tonifiant (j’ai gardé le guarana), dans laquelle j’ai voulu tester l’huile de pracaxi en solo. J’ai aussi rajouté certains de mes actifs fétiches et travaillé sur une formule à absorption rapide !

Je vous laisse découvrir sa recette :

Crème de jour « La nouvelle Amazone » :

Amazone 2

PHASE AQUEUSE :

  • Gel d’aloé vera : 20%
  • Infusion de guarana et tépezcohuite (à 10%) : 56,6%
  • Gomme xanthane : 0,3%

PHASE HUILEUSE :

  • Cire n°3 : 3%
  • HV pracaxi : 10%
  • Coco silicone : 5%

AJOUTS :

  • Bacti’pur 1,5%
  • Allantoïne 1%
  • Complexe Hydratation Intense 1%
  • Absolue benjoin 0,8%
  • Baume du Pérou 0,2%
  • Cosgard 0,6%

Bien entendu, vous commencez toujours par relire les précautions d’hygiène, n’est-ce pas ?

Ensuite, vous allez préparer l’infusion de guarana et de tépezcohuite, en comptant 10g de poudres pour 100g/ml d’eau bouillante. Laissez infuser 15 minutes avant de filtrer. Essayez de réutiliser les poudres par exemple pour un gommage ! Bien entendu, vous pouvez aussi opter pour un macérât hydroglycériné comme dans la précédente recette, si vous avez un peu de temps devant vous, mais… ça n’était pas mon cas 😉

Prélevez la quantité d’infusion nécessaire à la recette, rajoutez le gel d’aloé vera puis la xanthane pour former un gel homogène, et préparez dans un autre bol la phase huileuse. Faites chauffer séparément vos deux phases et procédez ensuite à l’émulsion (là, je simplifie, mais si vous êtes perdus, allez voir comment ça se passe en détail chez Hindi !). Une fois que vous aurez mélangé tout ça suffisamment longtemps, et que ça aura refroidi, c’est au tour des ajouts, que vous incorporerez en mélangeant bien. Mettez en pot, et à vous la crème amazonienne ! =D

Amazone

Résultat : je n’ai encore testé cette crème que depuis quelques jours, donc ne vous attendez pas encore à une étude poussée sur le long terme 😉 Mais ce qui est sûr c’est que c’est la crème la plus rapide à pénétrer que j’ai testée jusque là : moins de 15 secondes, montre en main ! Elle laisse ensuite une peau particulièrement douce et veloutée. Elle est plutôt fluide et possède aussi un très bon glissant qui rend l’application particulièrement agréable pour moi. Et je suis toujours fan de l’odeur un peu vanillée du mélange benjoin-baume du Pérou, qui s’accorde très bien avec la note de noisette de l’huile de pracaxi ! Une recette qui risque de devenir la nouvelle base de travail pour mes prochaines crèmes 🙂

J’espère que ces dernières recettes vous auront plu, et j’espère vous retrouver bientôt pour de nouvelles aventures ! À bientôt ^_~

PS : on dit « joyeux anniversaire Océane ! » ^^

Test AZ : l’huile de pracaxi – Blob à lèvres hydratant

Bonjour les lecteurs !

Vous êtes inquiets avec un titre pareil, hein ? Une source anonyme mais qui se reconnaîtra néanmoins m’a suggéré que ça serait plus original que de parler de gelée à lèvres, et visiblement, je l’ai écoutée. Quant à savoir si c’est plus vendeur…! :p

Voici, en tout cas, une nouvelle recette qui utilise l‘huile de pracaxi que j’ai reçue en test de la part d’AromaZone. Comme vous avez pu le lire dans mon premier article à son sujet, j’ai découvert que j’aimais beaucoup l’effet de cette huile sur les lèvres. Ayant particulièrement apprécié ma crème à lèvres l’hiver dernier, puisque je n’ai pas eu de grosse attaque de gerçures, j’en ai refait une fournée dernièrement mais je l’ai trouvée moins nourrissante, ayant remplacé l’huile d’abyssinie par du caprylis. Il faut aussi que j’avoue que je suis assez fan des encres à lèvres qui ont assez tendance à dessécher et à rendre moche sur des lèvres gercées, et que j’en ai acheté de nouvelles qu’il faut bien que je teste ; en plus, je me mordille les lèvres pendant mes exams, et le retour du froid n’arrange rien.

Tout ça pour dire que je réfléchissais à une nouvelle solution pour contrer les lèvres gercées. J’aime bien l’huile de pracaxi pure donc, mais elle laisse quand même un petit film sur les lèvres, et puis c’est pas pratique en hiver (oui, j’anticipe) de compter sur une huile toute solidifiée. Je l’utiliserai pure en « masque » de temps en temps, mais pour tous les jours, j’en suis venue à formuler une…

Gelée à lèvres hydratante !

Blob noisette

  • « Silimauve » 38.5%
  • Gel d’aloé vera 38.5%
  • Gomme xanthane 0.3%
  • HV pracaxi 10%
  • Urée 10%
  • Acide hyaluronique 0.1%
  • « CHI » (Complexe hydratation intense) 1%
  • Arôme noisette 1%
  • Cosgard 0.6%

J’en ai préparé 10g, ce qui correspond tout pile au petit pot bulle rose (6ml) d’AromaZone.

Avant tout, un petit rappel des précautions d’hygiène

Commencez par préparer votre « silimauve » : c’est un gel inspiré du silicone végétal de Caly, avec une infusion de fleurs de mauve à la place de l’eau et un nom sympa :p Pour ma part, j’en ai préparé environ 50g même s’il m’en a fallu beaucoup moins dans cette recette : j’ai fait bouillir 50g (soit 50ml) d’eau que j’ai versée sur 0,5g de fleurs et j’ai rajouté 0,2g de carraghénane (avant filtration, je trouve que ça évite d’éventuels grumeaux), bien mélangé, et filtré après 15 minutes d’infusion. Une fois le mélange refroidi, j’ai ajouté 0,5g de Cosgard, pour pouvoir conserver le surplus de « silimauve » et l’utiliser dans mes prochaines tambouilles.

Passons donc à la réalisation de la recette proprement dite. Rien de très compliqué.

Prélevez la quantité nécessaire de « silimauve », et ajoutez-y l’urée en mélangeant pour bien la dissoudre. Rajoutez le gel d’aloé vera, et ajoutez à votre mélange la gomme xanthane en remuant bien pour éviter les grumeaux. Ajoutez l’huile de pracaxi à votre gel, puis les actifs, l’arôme et finalement le conservateur. Mettez en pot… Et voilà !

Blob

Résultat : un soin pour les lèvres à la texture originale, avec un agréable goût de noisette, et qui fond sur les lèvres pour une absorption super rapide. Je l’utilise plusieurs fois par jour, et mes lèvres vont de mieux en mieux !

Restez connectés et retrouvez-moi très vite pour une nouvelle recette autour de l’huile de pracaxi ^_~

Test AZ : l’huile de pracaxi – introduction

Coucou les lecteurs !

Vous savez quoi ? Je suis en vacances ! Enfin, me direz-vous, on va pouvoir avoir un peu de lecture. Hé ben, espérons :p

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de l’huile de pracaxi qui a récemment rejoint les rayonnages d’AromaZone, ici. J’ai été très contente qu’on me propose de la tester, parce que si vous avez suivi mes recettes, vous avez peut-être déjà remarqué que c’est une huile que j’aime beaucoup, sauf que mon fournisseur d’huile de pracaxi n’en proposait plus depuis quelque temps. Je l’ai donc retrouvée chez AromaZone avec plaisir ! Merci AZ ❤

HV pracaxi AZ

Je vous propose de commencer par s’intéresser plus en détail aux propriétés de cette huile amazonienne. AromaZone la conseille particulièrement pour le soin des cheveux :

  • Alternative naturelle au BTMS, elle conditionne et démêle les cheveux.
  • Disciplinante, elle aide à coiffer les cheveux rebelles et à contrôler les frisottis.
  • Gainante, elle limite la casse des cheveux lors du coiffage et les protège de la chaleur du sèche-cheveux.
  • Nourrissante, elle gaine et assouplit les cheveux secs, cassants et les pointes fourchues.
  • Embellit, adoucit et fait briller les cheveux rêches et ternes
  • Dessine les boucles des cheveux frisés et crépus
  • Grâce à son toucher soyeux non gras, elle ne laisse pas de sensation de gras sur les cheveux.

Mais l’huile de pracaxi est polyvalente ! On peut aussi l’utiliser dans le soin de la peau, puisqu’elle est aussi :

  • Régénérante, elle aide à réparer les peaux abîmées et booste le renouvellement cellulaire.
  • Assouplissante, elle contient des acides gras qui contribuent au maintien de l’hydratation de la peau.
  • Nourrissante, elle participe à la restauration du film hydrolipidique cutané, grâce à son contenu en acides gras.
  • Antibactérienne, elle est appréciée par les peaux à problèmes.

Vous savez quoi ? Quand j’ai reçu l’huile d’AromaZone à tester, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de la comparer avec mon huile Gisella Manske. Mon verdict, c’est déjà que celle d’AromaZone est un peu plus fluide (je vous ai dit que l’huile de pracaxi allait rester figée tout l’hiver, puisqu’elle se liquéfie à partir de 18,5° ?). Je trouve aussi qu’elle a un toucher plus sec, et surtout, elle sent vraiment meilleur ! Elle a une odeur assez sympa de noisette grillée je dirais, dont on doit pouvoir tirer parti dans une formulation qui l’utilise.

Comme je n’avais pas encore entendu parler des propriétés de l’huile de pracaxi sur les cheveux, j’ai décidé de la tester telle quelle tout en sachant que mes cheveux non-poreux n’aiment pas vraiment l’huile. Oui, c’était un pari risqué ! J’ai réparti quelques gouttes d’huile GM sur mes pointes du côté gauche, et quelques gouttes d’huile AZ du côté droit. ^^ Il n’y a pas eu d’effet soin miracle (rien d’étonnant), par contre je confirme que l’huile AZ tout particulièrement ne laisse pas de toucher tout gras sur les cheveux : en tout cas, pour moi c’est la meilleure huile parmi celles que je me suis risquée à tester telle quelle sur mes cheveux. Je pense que je la testerai dans une formulation plus adaptée à ma nature de cheveux, comme un après-shampooing par exemple.

En revanche, c’est sa réputation d’huile adaptée aux peaux à problèmes qui m’a attirée dès le départ. Mais j’ai remarqué que je l’avais toujours utilisée dans un mélange d’huiles, c’est pourquoi j’ai décidé de voir ce que ça donnait de l’appliquer pure sur la peau, en guise de dernière étape de layering… Au début, je me suis dit que c’était une mauvaise idée ! C’est assez gras quand même à l’application, et je n’ai pas la peau sèche, j’ai vite eu peur que ça ne pénètre pas et que ça reste tout luisant sur ma figure. Sauf que le temps que je finisse de râler intérieurement contre cette idée bizarre de tester une huile pure juste avant de me maquiller, j’ai remarqué que l’huile commençait en fait à être absorbée assez rapidement. Elle ne m’a pas laissé de film gras, juste une sensation de peau veloutée et douce, et j’ai même pu me maquiller sans problème. Cela dit je pense quand même que ça n’est pas l’idéal pour un layering matinal, mais pour le soir, pourquoi pas !

Et puis, un soir de flemme d’aller chercher ma crème pour lutter contre mes lèvres gercées, j’ai attrapé le flacon d’huile de pracaxi en me disant que ça ne ferait pas de mal, et que ça aurait le temps de poser pendant la nuit. AromaZone ne la conseille pas pour le soin des lèvres, mais j’ai trouvé cette huile super efficace ! Elle est rapidement absorbée mais laisse un petit film protecteur sur les lèvres, difficile à décrire parce que pas gras, mais très agréable. Et puis elle a un bon goût de noisette ! Le lendemain, j’ai trouvé que l’état de mes lèvres s’était bien arrangé, et j’ai décidé de l’utiliser dans une toute nouvelle formule.

Voilà déjà ce que je peux vous dire sur l’huile de pracaxi pure ! Je peux déjà vous proposer de jeter un œil à mes précédentes recettes qui comportent de l’huile de pracaxi : un sérum au thé vert et une crème amazonienne. Et c’est avec plaisir que je vous retrouverai très vite pour deux nouvelles recettes élaborées tout spécialement, alors, ne partez pas trop loin 🙂

Baume à lèvres teinté « Daruma »

こんにちは!Aujourd’hui je vous retrouve avec une petite recette qui m’a beaucoup éclatée. Un baume à lèvres teinté, oui, mais décoré à l’effigie du personnage japonais Daruma !

Une fois n’est pas coutume, je vais d’abord vous montrer la fiche de mon baume à lèvres pour que vous voyez de quoi (de qui) je parle 🙂Daruma2

Bon, je vous avoue que ça fait un moment que j’ai fait cette recette, alors je ne suis plus sûre s’il s’agit des proportions pour un baume ou pour les deux… ^^’ Parce que j’en ai aussi réalisé un petit pour moi en même temps. Je pense que cela vous permettra effectivement d’avoir un peu de rab si vous utilisez un pot de 10ml !

  • Beurre de karité: 5g
  • HV macadamia : 5g
  • Red lip liquid n°40 TKB : 12 gouttes
  • Carmine dye TKB / colorant rouge baiser AZ : 8 gouttes
  • Arôme fraise 0,1g
  • Vitamine E 0,02g
  • Oxyde noir
  • Oxyde de zinc
  • Mica doré

Comme d’habitude, n’oubliez pas de prendre toutes les précautions d’hygiène nécessaires. Faites fondre le beurre de karité et ajoutez-lui le beurre de karité et les colorants pré-dispersés (vous pouvez aussi disperser des ocres ou des oxydes vous-même dans un peu d’huile) ; mélangez bien. Rajoutez l’arôme et la vitamine E et dépêchez-vous de couler avant que la préparation refroidisse. Vous pouvez ensuite mettre le pot au frais pour accélérer la prise.

Et c’est une fois que le baume est pris que vous pouvez libérer votre créativité. Faites fondre un tout petit peu (une « miette ») de beurre de karité auquel vous ajouterez un peu d’oxyde de zinc pour obtenir votre colorant blanc et décorez le baume en trempant un cure-dent dans le karité blanc. Faites de même avec le mica doré pour les parties dorées, puis avec l’oxyde noir. Laissez refroidir, et admirez : amusez-vous, et au pire vous aurez un baume à lèvres M&m’s 😉

Pour la touche finale, collez l’étiquette sur votre pot et si vous avez l’habitude de les plastifier, laissez les yeux accessibles pour pouvoir faire un vœu !

Daruma-étiquetteJe n’ai toujours pas osé tester mon baume à lèvres parce que j’étais très contente de ma déco. Oui, c’est contre-productif ! Par contre Pnixie l’a utilisé et il semblerait qu’il lui ait plu 🙂

Et voilà le résultat !

Daruma 3

A très bientôt pour la suite et fin des recettes du swap ! またね!

Crème bonne mine « Okinawa »

こんばんは!Aujourd’hui, on part direction Okinawa pour une crème visage effet bonne mine et légèrement autobronzante ! Pas très japonais ces ingrédients, vous me direz ? C’est normal, c’est parce qu’Okinawa est un archipel un peu à part au Japon qui, pour ce que j’en connais, évoque davantage les plages tropicales que les habituels clichés nippons.

Okinawa-2

Phase aqueuse :

  • Infusion de reine des prés et de calendula : 62,4%
  • Urée : 5%

Phase huileuse :

  • HV camélia (aussi appelée huile de thé vert) et jojoba : 10%
  • Cire n°3 : 8%

Ajouts :

  • Poudre de lait de coco : 8%
  • DHA : 4%
  • Allantoïne : 1%
  • Fragrances (Vahiné GF, Summer, Moorea, Monoï) : 1%
  • Cosgard : 0,6%
  • Oxyde marron et cacao en poudre (pour une crème légèrement teintée)

Commencez comme d’habitude par prendre toutes les précautions d’hygiène. Préparez dans un premier bol votre phase aqueuse (sans l’urée), dans un deuxième votre phase huileuse, et faites-les chauffer au bain-marie. Lorsque l’émulsifiant aura fondu, ajoutez l’urée dans votre phase aqueuse et sortez les bols. Versez votre phase aqueuse dans la phase huileuse et mélangez bien pour émulsionner. Continuez à mélanger jusqu’à ce que votre préparation refroidisse (en dessous de 40°), puis incorporez vos ajouts en mélangeant à chaque fois. Transférez ensuite dans un contenant adapté, vous pouvez maintenant le décorer d’une étiquette comme celle-ci :

Okinawa-étiquette

J’ai dû rajouter un peu de xanthane pour stabiliser l’émulsion (je trouve que j’ai quelques soucis de stabilité avec la cire n°3, je ne sais pas pourquoi) mais je n’ai pas noté la quantité exacte, désolée ! Je n’ai pas testé cette crème moi-même. Pnixie m’a confié qu’elle avait un effet autobronzant plutôt marqué sur elle, ce qui fait qu’elle a préféré l’utiliser pour cela plutôt que pour un usage quotidien sur le visage. Je vous avoue que j’ai été plutôt étonnée, puisque j’ai utilisé une crème bonne mine offerte par ma NSP Lison ❤ et dosée elle aussi à 4% de DHA tous les jours, et jusqu’au fond du pot, sans que l’on distingue plus qu’un léger effet bonne mine sur ma peau blanche de geek. Sans doute que nous réagissons différemment à la DHA toutes les deux ! N’oubliez donc pas de faire un test si vous testez cette crème, comme d’habitude n’est-ce pas pour détecter toute allergie éventuelle, mais aussi en l’occurrence pour pouvoir doser l’effet autobronzant !

Et voici la petite fiche de la crème Okinawa :

Okinawa

A très bientôt pour les prochains articles, n’hésitez pas à suivre mes publications si ça n’est pas déjà le cas ! Passez une bonne soirée, またね~! ^_~

Sérum purifiant « Cha no yu »

おはよう!Aujourd’hui, nous allons continuer notre petit aperçu des recettes du swap japonais et c’est le tour du sérum « Cha no yu », formulé pour aider les peaux à problèmes à se débarrasser de leurs petites imperfections. Il s’inspire d’une recette de Biotytille dans laquelle j’ai remplacé les huiles par mes huiles aux propriétés les plus purifiantes. Il fait aussi la part belle au thé matcha originaire du Japon, qui en plus d’être excellent comme boisson ou en cuisine (je pourrais partir dans une digression spéciale cuisine japonaise mais ça n’est pas le sujet de cet article ^^), est aussi entre autres anti-inflammatoire et astringent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Gel d’aloé vera – 66,9 %
  • Huile de jojoba – 12 %
  • Huile de pracaxi (Gisella Manske) – 8 %
  • Huile de baies de laurier – 8 %
  • Glycérine végétale – 2 %
  • Poudre de thé matcha – 0,5%
  • Fragrance thé vert (Jurassens) 1%
  • Cosgard 0,6%

C’est une recette rapide ! Respectez bien les précautions d’hygiène et ajoutez à votre gel d’aloé vera les différentes huiles, la glycérine, le thé matcha, la fragrance et le conservateur en mélangeant à chaque fois. Transférez dans un flacon et décorez-le d’une jolie étiquette…

Cha no yu-étiquette

J’avais déjà réalisé pour moi une version de ce sérum avec le même mélange d’huiles mais sans avoir encore pensé au thé vert, je pense cependant que les deux doivent encore être assez proches. Il a une texture fraîche qui est absorbée très rapidement et qui laisse la peau douce et satinée, j’ai aussi remarqué une amélioration de mon teint en l’utilisant. Seul bémol dans ma version, l’odeur assez particulière de l’huile de baies de laurier était assez présente… Heureusement j’ai trouvé qu’on la remarquait beaucoup moins dans le sérum de Pnixie avec la fragrance Thé vert – même si je suis encore dubitative quant à la ressemblance olfactive de cette fragrance avec le thé !

Et voici la petite fiche de ce sérum.

Cha no yu2Pour l’anecdote toujours… Je ne suis encore jamais allée au Japon mais j’ai eu la chance de participer en France à une cérémonie du thé organisée lors d’un week-end linguistique. J’en garde un très bon souvenir, d’autant plus que je suis apparemment une des seules à avoir apprécié le thé qui nous a été servi (assez spécial, paraît-il). Si vous avez l’occasion de participer à une de ces cérémonies, je vous le conseille !

Je vous dis à très bientôt pour les recettes suivantes, またね ^_~

Lotion gélifiée « Neko no Te »

おはよう (ohayô)!Aujourd’hui, je vais commencer par vous présenter une recette préparée spécialement pour le layering de Pnixie que je vous ai présenté ici.

Pnixie a une peau mixte qui a tendance aux imperfections, mais qui a aussi tendance à s’assécher facilement. J’ai donc ressorti la recette de l’eau de miel de Zaubette, que j’ai cette fois-ci mixée avec la lotion gélifiée façon Gokujûn (un classique de la cosmétique japonaise) de Biotytille, et comme j’ai moi aussi besoin d’actifs hydratants et purifiants, j’y ai rajouté mes actifs fétiches.

Neko no te 3

  • infusion de reine des prés et de calendula à 1% dans du lait de riz : 75,2%
  • miel 10%
  • MSM 5%
  • AHA 3%
  • urée 5%
  • gomme xanthane 0,2%
  • fragrance : orange blossom (Gracefruit) 1%
  • cosgard 0,6%
  • colorant jaune et mica or

En respectant toutes les conditions d’hygiène, pesez les fleurs et faites-les infuser 15 minutes dans le lait de riz porté à ébullition. Prévoyez peut-être un peu plus pour compenser les pertes lors de la filtration : pour 100g de produit final, il vous faut 75,2g d’infusion, je pense que je prévoirais 85g de lait de riz et 0,85g de fleurs.

J’ai commencé à utiliser le lait de riz pour tambouiller dans des masques express lorsque je n’ai pas mon stock de cosméto sous la main, parce que c’est ce que je bois au petit-déjeuner, mais je me suis rapidement rendu compte que ma peau l’aime beaucoup. Vous pouvez le remplacer par un autre lait végétal par exemple, mais ça fera moins japonais !

Filtrez et prélevez la quantité d’infusion nécessaire à la recette. Lorsqu’elle aura un peu refroidi (vous ne voulez pas ébouillanter vos actifs n’est-ce pas ?), ajoutez le miel, le MSM, les AHA, l’urée en mélangeant bien à chaque fois, puis la gomme xanthane en pluie tout en mélangeant, pour éviter les grumeaux. Vous pourrez ensuite ajouter la fragrance de votre choix et le conservateur, puis de quoi teinter votre préparation dans les tons dorés pour évoquer la pièce du maneki neko et soigner les détails.

J’ai réalisé un petit échantillon de cette recette pour pouvoir la tester moi-même et je l’aime bien ! Sa texture gélifiée permet de la conditionner en flacon-pompe et rend l’application confortable ; quant aux actifs, ma peau les a déjà validés depuis quelque temps !

Voici la petite fiche explicative qui accompagnait le flacon de Pnixie :Neko no te 2

Et l’étiquette du produit :

Neko no te-étiquette

Pour l’anecdote, il se trouve que je collectionne les maneki neko, si vous cherchez une petite idée cadeau. ^_~ En tout cas, n’hésitez pas à suivre mon blog (onglet « follow » en bas à droite) pour être prévenus lors de la publication des recettes suivantes !

Le swap « Escale au Japon »

みんなさんこんにちは – Minna-san konnichiwa !

Aujourd’hui est enfin venue l’heure de mes articles sur le swap Escale au Japon organisé par Sylviane… en mars, oui mais mieux vaut tard que jamais ! J’étais déjà assez fière d’avoir réussi à gérer la préparation de mon colis en même temps que mes exams (vous savez, ceux que j’ai eu toute l’année en fait). Étudiante en japonais comme vous le savez peut-être, et fan de la culture japonaise, ça aurait été impensable que je ne participe pas !

J’ai reçu un ma-gni-fique colis de la part de Tout Nat’urellement dont j’ai vraiment adoré tout le contenu, ses produits sont géniaux et sentent vraiment super bon. D’ailleurs je vous conseille chaudement d’aller jeter un œil à son article sur le swap et à ses recettes ! Dans ce superbe plateau à bentô fait main, j’ai pu trouver :

Bentô

Quant à moi, j’ai envoyé un colis à Pnixie, qui contenait :

Swap

Les recettes ne vont pas tarder, le temps de vous faire de jolis petits articles… 😉 En attendant, またね – mata ne ! ^o^

Test AZ : le guarana – Crème de jour L’Amazone

Bonjour à tous !

Vous l’attendiez, le voici, j’ai nommé le test du guarana de chez Aroma-Zone ! Nous allons tout de suite faire les présentations : vous pouvez le trouver ici et sa fiche pas loin.

Guarana

Le guarana peut servir à plein de choses en cosméto, puisqu’il est…

  • Tonifiant : riche en caféine, en vitamines et oligo-éléments, il stimule l’activité des cellules
  • Anti-cellulite : booste le métabolisme de base des cellules et la libération de catécholamines dont l’adrénaline, qui permet à l’organisme de brûler plus rapidement les graisses stockées indésirables.
  • Antioxydant : protège les cellules de l’oxydation grâce à sa richesse en polyphénols.
  • Astringent  : aide à resserrer les pores grâce aux tanins présents dans la graine de Guarana.
  • Antimicrobien : aide à lutter contre la prolifération bactérienne.

Mais il a aussi d’autres propriétés qui pourront vous intéresser :

  • Lutte contre la somnolence, grâce à sa richesse en caféine
  • Stimulant des fonctions cognitives : une étude montre qu’il booste l’attention et la concentration et améliore l’efficacité mémorielle.
  • Tonique et dynamisant, il est traditionnellement utilisé pour améliorer les performances physiques.
  • Diurétique : la caféine qu’il contient participe à l’amélioration des fonctions d’élimination.
  • Amincissant : la caféine qu’il contient est réputée pour augmenter le métabolisme de base des cellules, permettant une élimination plus rapide des graisses stockées.

Comme je vous l’ai raconté dans mon test précédent, j’étais en plein exams lorsqu’Aroma-Zone m’a proposé de choisir mes produits à tester : à la base, j’ai donc été très intéressée par le guarana pour son côté énergisant ! J’avais déjà cherché à en acheter, et je pense donc pouvoir vous confirmer que c’est là que vous le trouverez au meilleur prix. Bon, vu que je suis maintenant en vacances et que je peux faire la grasse matinée, le besoin de caféine se fait nettement moins ressentir : je vous proposerai peut-être une recette de cocktail énergisant quand j’aurai repris les cours, mais pour l’instant j’ai choisi de voir ce que pouvait donner le guarana dans une crème de jour (ben oui, des fois que ça m’empêche de dormir dans une crème de nuit !) puisqu’il est aussi conseillé pour le soin des peaux grasses et acnéiques.

Il y a quelque temps, j’avais réalisé une crème « amazonienne » purifiante (et très riche) qui s’était avérée bien utile pour sortir cet hiver, mais beaucoup trop grasse pour ma peau une fois les températures remontées (cela dit, n’hésitez pas si vous voulez la recette, je pense qu’elle serait beaucoup plus intéressante pour les peaux sèches !). Le guarana correspondant à merveille à mon thème, je me suis dit que ce serait l’occasion ou jamais de revoir toute la recette.

Voici donc la recette de ma crème de jour purifiante L’Amazone !

Amazone

PHASE HUILEUSE :

PHASE AQUEUSE :

AJOUTS :

* J’ai acheté mon beurre de bacuri chez Gisella Manske mais on dirait qu’ils ne le proposent plus à la vente (pour l’instant ?)… Je vous proposerais de le remplacer par du beurre de cupuaçu ou de cacao, même si je n’ai pas testé. D’autre part, je choisirais l’huile de jojoba si je devais me passer de l’huile de pracaxi – qui elle, est toujours en stock. Si vous essayez, n’hésitez pas à me donner vos impressions !

Commencez par relire les précautions d’hygiène. C’est fait ? Nous allons tout d’abord réaliser le macérât hydroglycériné, pour lui laisser le temps de mariner. Pour cela, il suffit de mélanger (pour 100g, et je vous conseille de prévoir large par rapport à la quantité que vous souhaitez obtenir, histoire de compenser les pertes lors de la filtration)…

  • 5g de guarana
  • 5g de tépezcohuite
  • 10g de glycérine
  • 90g d’eau

Ensuite, vous devrez laisser le tout 24h au frais. Oui c’est long ! Pour vous occuper, mélangez régulièrement, et venez trouver de nouvelles recettes sur mon blog… ^^

Le lendemain, filtrez votre macérât en essayant d’en récupérer le plus possible sans en mettre partout : moi, j’utilise un filtre en tissu !

Astuce : si vous récupérez les poudres contenues dans votre filtre et que vous les faites bien sécher, vous pourrez les utiliser comme base pour un très bon masque-gommage purifiant express : 1/3 de poudres, 1/3 de miel et 1/3 de votre huile végétale préférée. Hé oui, c’est une recette deux-en-un !

Bon, nous avons maintenant notre macérât hydroglycériné durement acquis. Prélevez-en la quantité nécessaire que vous mettrez dans un premier bol. Dans un second, mettez le beurre de bacuri, l’huile de pracaxi et la cire n°3. Et nous allons pouvoir procéder à l’émulsion !

Faites chauffer vos deux bols au bain-marie jusqu’à 70° environ. Sortez-les sans vous brûler, puis versez la phase aqueuse dans la phase huileuse en mélangeant bien jusqu’à ce que l’émulsion prenne. Vous pouvez aider au refroidissement en plaçant votre bol dans un bain d’eau glacée. Lorsque votre mélange est refroidi (en-dessous de 40°), vous pourrez ajouter le baume du Pérou, l’absolue de benjoin et le Cosgard en mélangeant bien à chaque fois. Ensuite, trouvez un joli pot pour y transvaser votre crème, et profitez-en pour la tester avant de vous tartiner, on ne sait jamais 🙂

Résultat : une crème fluide et très rapidement absorbée : déjà, mission réussie ! Elle laisse la peau hydratée et nourrie tout en douceur, avec une odeur vanillée que j’adore, et on peut noter un léger effet bonne mine grâce au beurre de bacuri. J’ai aussi l’impression que le guarana donne un petit coup de peps au teint, mais je vous en dirai plus quand nous aurons fait plus ample connaissance ! A bientôt d’ici là… ^_~

Et encore merci à Aroma-Zone pour m’avoir envoyé ces deux produits à tester !