Crème « Montez le volume ! » + macérât de bellis

Montez le volume !

Non non, il ne s’agit pas d’une solution volume pour les cheveux ! 😉

A l’origine, c’est en fait d’une crème à effet tenseur pour la poitrine, parce que quand on a du volume, un petit « remontant » ça ne se refuse pas. Mais après deux mois d’utilisation tous les matins, en plus de résultats impressionnants et remarqués, j’ai dû changer de taille de soutien-gorge, donc je la conseillerais aussi à celles qui ne seraient pas contre un peu plus de volume !

Alors, qu’est-ce qu’il y a dans ce flacon magique ?

– infusion de reine des prés : 38,4% (tonique, raffermissant)

gel d’aloé vera : 20% (tenseur, régénérant, entre autres)

Olivem 1000 : 5% (émulsifiant non-gras)

macérât de bellis dans HV de tournesol : 30% (tenseur, tonique, galbant, raffermissant)

extrait de kigelia : 5% (tonique, tenseur, raffermissant, galbant, repulpant)

Cosgard : 0,6% (conservateur)

fragrances 1% (pour moi qui ne sais pas faire simple, un mélange : absolue de benjoin 0,5%, Moorea 0,2%, Body butter 0,1%, Summer 0,1%)

 

Le plus long, c’est bien entendu de préparer le macérât de bellis si on a décidé de le faire soi-même. Parce que oui, on peut facilement le faire soi-même, puisque l’autre nom de la bellis c’est… la pâquerette ! Donc déjà, vous allez devoir attendre le printemps, alors si vous êtes pressées, achetez-le tout fait (chez Aroma-Zone par exemple).

Bon, admettons qu’on soit au printemps. Tout ce que vous avez à faire, c’est de cueillir des pâquerettes, plein de pâquerettes, et encore plus de pâquerettes. Voilà ce que j’avais récolté, il y en a 20 grammes :

Pâquerettes

Je les ai ensuite faites sécher pour éviter qu’elles ne moisissent dans l’huile, admettez qu’après cette cueillette acharnée ça aurait été dommage. J’emprunte le déshydrateur à légumes familial, mais vous pouvez aussi les laisser sécher au soleil (on est au printemps là, je vous le rappelle) ou au four à faible température.

Après cela, on peut les placer dans un récipient et les recouvrir d’huile dans les proportions de 10% de fleurs pour 90% d’huile. J’ai utilisé de l’huile de tournesol, tout simplement parce que le macérât d’Aroma-Zone est à base de tournesol, mais vous avez tout à fait le droit de réfléchir un petit peu plus loin et de choisir une huile que vous préféreriez. Évitez les huiles qui rancissent facilement (rajoutez éventuellement de la vitamine E), on va laisser notre mélange mariner pendant trois semaines !

Pâquerettes + huile

Entre temps, on pourra remuer notre bocal régulièrement. Trois semaines plus tard (vous vous doutez déjà que j’ai oublié le mien plus longtemps ? Heureusement que mes pâquerettes étaient sèches hein !), on attaque la filtration : avec un entonnoir et un filtre à café comme moi…

Macérât pâquerettesou en investissant dans un filtre spécial macérâts en tissu. Ça vous évitera les filtres qui explosent, tout ça !

Bref, maintenant vous avez votre macérât de pâquerettes, fait avec amour ou acheté tout simplement. Félicitations ! Maintenant on va attaquer l’infusion de reine des prés, ne criez pas, ça ne prendra qu’un quart d’heure ^^

Versez simplement 100ml d’eau bouillante pour 1g de fleurs, et filtrez au bout de 15 minutes. C’est tout de suite plus rapide non ? Prévoyez une plus grande quantité que ce dont vous aurez réellement besoin pour la recette, vous n’arriverez pas à sortir chaque goutte d’eau des fleurs 😉

Maintenant, préparez deux bols résistants à la chaleur : dans le premier, vous allez verser votre infusion de reine des prés (filtrée et en quantité exacte, évidemment) ainsi que l’aloé vera, dans le deuxième, la quantité de macérât de bellis nécessaire à la recette et l’émulsifiant (Olivem 1000).

Faites chauffer vos deux bols au bain-marie jusqu’à ce qu’ils atteignent environ 70°C. A ce moment-là, sortez-les tous les deux du bain-marie sans vous brûler, et verser lentement le contenu du premier bol (la phase aqueuse) dans le deuxième (la phase huileuse) en mélangeant bien. Vous pouvez essayer le batteur si ça ne vous fait pas gicler toute la préparation dans la pièce, moi j’utilise un fouet manuel ! Mélangez bien jusqu’à ce que l’émulsion soit bien prise, et continuez jusqu’à ce que votre tambouille passe en dessous des 40°C.

Ensuite, rajoutez successivement l’extrait de kigelia, la ou les fragrances, et enfin le cosgard, tout en remuant bien entre chaque ajout. Vous pourrez ensuite transférer votre crème dans un pot, ou un flacon (elle est assez fluide pour ça).


Et voilà ! Cette crème n’est pas trop grasse, elle sent bon, et en plus, elle est EFFICACE. J’ai remarqué les premiers effets en une semaine, maintenant à vous de tester les filles ! =D

Publicités

Barre de massage choco-noisette – Swap du Printemps

Votre attention s’il vous plaît, les autres petits produits du swap du printemps attendent leur lecteur à l’accueil, je répète…

barre-choco-noisette

Nous revoilà pour la dernière recette de la boîte-à-z’œufs consacrée au layering ! La dernière étape du layering c’est la crème hydratante, et le produit solide qui s’en rapprochait le plus dans mon esprit en pleine ébullition, c’est la barre de massage (inspirée des proportions de base de Caly). A utiliser pour le visage, ou pas ! :p

Barre de massage choco-noisette :

  • 5g de beurre de cacao
  • 5g de beurre de sal
  • 50g d’huile de noisette
  • 30g de cire d’abeille
  • 1g de vitamine E
  • du chocolat en poudre (j’ai dû noter combien sur la version imprimée de cette recette, il faut que je remette la main dessus !)

Faire fondre les beurres, l’huile de noisette et la cire d’abeille au bain-marie et bien mélanger. Ajouter la vitamine E et le chocolat en poudre, re-mélanger, et se dépêcher de couler dans un moule avant que ça prenne ! Utiliser le chocolat en poudre permet d’avoir, en plus d’un parfum de chocolat, un dégradé assez joli dans votre barre de massage… Un véritable œuf de Pâques !