Les « Bandelettes » pour laisser vos jambes profiter du soleil !

Bonjour à tous et toutes ! Le soleil est de retour, je peux donc sortir de mon hibernation 😉 Voici le retour de la période où on dit bye-bye aux collants en laine et bonjour aux petites jupes printanières ! Je ne sais pas vous, mais moi, pendant longtemps j’ai évité de mettre mes jambes à l’air à cause du fameux problème que beaucoup d’entre vous connaissent sans doute… les cuisses qui frottent ! J’ai essayé le talc, le beurre de karité, une crème disponible en pharmacie aussi, mais au bout d’un moment, ça brûlait toujours. Et puis j’ai découvert la solution avec les Bandelettes qu’il fallait que je vous présente 🙂

Bon le nom m’évoque toujours autant les momies, mais c’est beaucoup plus sexy n’est-ce pas ^^ C’est une marque américaine qui propose un genre de jarretières astucieuses spécialement étudiées pour éviter les frottements au niveau des cuisses, il fallait y penser ! Voilà comment ça se porte, c’est tout bête :

Les Bandelettes existent en plusieurs couleurs, et plusieurs tailles pour que vous puissiez choisir pile la bonne, histoire qu’elles restent bien en place.

 

C’est un site américain, ce qui pourrait en rebuter certains, mais je n’ai eu aucun problème pour commander et être livrée très rapidement me semble-t-il même. D’ailleurs j’ai été assez étonnée de voir que les frais de port en international ne sont que de quatre euros et quelques ! Je suis donc l’heureuse détentrice de deux paires de Bandelettes en dentelle, une noire et une blanche, très jolies, et je les porte très souvent sous mes robes ou mes jupes dès que les beaux jours pointent leur nez. Et depuis, je n’ai plus de souci pour laisser mes jambes prendre l’air !

A noter que si vous voulez vous aussi découvrir les Bandelettes, il y a -15% sur le site jusqu’au 28 novembre 2016 avec le code THANKYOU2016, c’est le moment de se laisser tenter ! 😉

PS : N’hésitez pas à passer directement par mon lien si vous passez commande, vous pouvez en même temps me faire gagner une réduction sur ma prochaine paire 😉

Publicités

Test AZ : l’huile de pracaxi – Crème de jour « La nouvelle Amazone »

Bonjour les lecteurs !

Je vous sens déçus par le titre, vous vous dites « mouais, elle essaie de nous recycler une ancienne recette en la faisant passer pour une nouvelle ! » Non non. Autant j’avoue que c’est plutôt pratique de pouvoir réutiliser mes jolies étiquettes amazoniennes, autant c’est une toute nouvelle recette, je vous assure, et en plus, elle est top. C’est simplement que le thème « produits amazoniens » m’inspire, tout comme AromaZone qui leur consacre une rubrique spéciale sur leur nouveau site ! Est-ce qu’AromaZone se sent proche de l’Amazone ? Allez savoir.

Quoiqu’il en soit, voici la recette de ma nouvelle crème de jour, qui vise toujours à purifier la peau tout en la tonifiant (j’ai gardé le guarana), dans laquelle j’ai voulu tester l’huile de pracaxi en solo. J’ai aussi rajouté certains de mes actifs fétiches et travaillé sur une formule à absorption rapide !

Je vous laisse découvrir sa recette :

Crème de jour « La nouvelle Amazone » :

Amazone 2

PHASE AQUEUSE :

  • Gel d’aloé vera : 20%
  • Infusion de guarana et tépezcohuite (à 10%) : 56,6%
  • Gomme xanthane : 0,3%

PHASE HUILEUSE :

  • Cire n°3 : 3%
  • HV pracaxi : 10%
  • Coco silicone : 5%

AJOUTS :

  • Bacti’pur 1,5%
  • Allantoïne 1%
  • Complexe Hydratation Intense 1%
  • Absolue benjoin 0,8%
  • Baume du Pérou 0,2%
  • Cosgard 0,6%

Bien entendu, vous commencez toujours par relire les précautions d’hygiène, n’est-ce pas ?

Ensuite, vous allez préparer l’infusion de guarana et de tépezcohuite, en comptant 10g de poudres pour 100g/ml d’eau bouillante. Laissez infuser 15 minutes avant de filtrer. Essayez de réutiliser les poudres par exemple pour un gommage ! Bien entendu, vous pouvez aussi opter pour un macérât hydroglycériné comme dans la précédente recette, si vous avez un peu de temps devant vous, mais… ça n’était pas mon cas 😉

Prélevez la quantité d’infusion nécessaire à la recette, rajoutez le gel d’aloé vera puis la xanthane pour former un gel homogène, et préparez dans un autre bol la phase huileuse. Faites chauffer séparément vos deux phases et procédez ensuite à l’émulsion (là, je simplifie, mais si vous êtes perdus, allez voir comment ça se passe en détail chez Hindi !). Une fois que vous aurez mélangé tout ça suffisamment longtemps, et que ça aura refroidi, c’est au tour des ajouts, que vous incorporerez en mélangeant bien. Mettez en pot, et à vous la crème amazonienne ! =D

Amazone

Résultat : je n’ai encore testé cette crème que depuis quelques jours, donc ne vous attendez pas encore à une étude poussée sur le long terme 😉 Mais ce qui est sûr c’est que c’est la crème la plus rapide à pénétrer que j’ai testée jusque là : moins de 15 secondes, montre en main ! Elle laisse ensuite une peau particulièrement douce et veloutée. Elle est plutôt fluide et possède aussi un très bon glissant qui rend l’application particulièrement agréable pour moi. Et je suis toujours fan de l’odeur un peu vanillée du mélange benjoin-baume du Pérou, qui s’accorde très bien avec la note de noisette de l’huile de pracaxi ! Une recette qui risque de devenir la nouvelle base de travail pour mes prochaines crèmes 🙂

J’espère que ces dernières recettes vous auront plu, et j’espère vous retrouver bientôt pour de nouvelles aventures ! À bientôt ^_~

PS : on dit « joyeux anniversaire Océane ! » ^^

Les aventures du Grand Schtroumpf – volume 1

Cet été, j’ai profité de mes vacances pour schtroumpfer visite à ma NSP Lison. Ça faisait un schtroumpf moment qu’on avait envie de se rencontrer et j’ai passé un moment génial en sa compagnie ! Nous avons parlé de schtroumpf et de rien, et évidemment, nous avons décidé de tambouiller en duo ! Nous avons schtroumpfé du shampooing Big de Lush entre autres : je racontais à Lison que c’est quand même le seul shampooing qui m’a valu cet échange tout à fait surréaliste…

« Oh, ils sont beaux tes cheveux ! T’as changé de coiffure ? »

« Nan, j’ai changé de shampooing. »

Parce que oui, ce shampooing fait un volume de schtroumpf. Sauf que le schtroumpf de Lush, il est à base de gros sel, et que ça oblige à choisir entre des cheveux tout emmêlés si on frotte bien ou schtroumpfement pas de mousse si on veut éviter les nœuds, donc plusieurs shampooings d’affilée. Perso, je l’utilisais au final en deuxième shampooing (après un premier shampooing différent donc, pas schtroumpfement pratique) parce que même avec un après-schtroumpf, le résultat n’était pas très schtroumpf. Et en plus, les schtroumpfs de chez Lush, c’est cher.

Donc, on a schtroumpfé de copier ce fameux Big. Avec du sel en poudre pour du volume sans les schtroumpfs, de l’inuline et du silicone pour les éviter encore plus, et des tensioactifs solides pour une texture crémeuse ! Et du mica bleu… c’est pour ça qu’on l’a schtroumpfé « Big Schtroumpf« , et que vous vous tapez un article aussi schtroumpf 😉

Grand Schtroumpf

Liste des schtroumpfs :

Phase n°1 :

  • SLSA : 15%
  • SLS (Sodium Lauryol Sarcosinate) : 15%
  • SCS : 20%
  • eau : 17%
  • HV coco : 5%

Ajouts :

  • sel fin : 20%
  • silicone végétal : 3%
  • inuline : 2%
  • fragrances (arôme pêche GF 2%, Coconut Cream GM 0,5%, HE citron 0,25%, monoï GM 0,25%)
  • mica bleu (GM) : 0,4%
  • cosgard : 0,6%

Commencez par schtroumpfer les tensioactifs, l’eau et l’huile de coco dans un bol que vous allez chauffer au schtroumpf-marie. Mélangez bien, et schtroumpfez les ajouts un par un, en mélangeant à chaque fois. Mettez en pot, de préférence avant que le schtroumpf ne durcisse trop. Et voilà !

Big schtroumpf

Première constatation : ce shampooing sent schtroumpfement bon ! Je me suis bien amusée à mixer les fragrances de Lison, je pense d’ailleurs que mes lecteurs auront reconnu ma touche personnelle au nombre de schtroumpfs ^^ Au niveau de la texture, autant dans le sud chez Lison il faisait chaud, alors on a obtenu une texture assez sympa de crème/pâte épaisse, autant une fois revenue dans le nord mon schtroumpf a beaucoup durci pour donner une texture plus proche d’un shampooing solide auquel on aurait ajouté trop d’eau (oui, ça schtroumpfe le vécu). C’est devenu plus difficile à appliquer tel quel !

Par contre, il mousse schtroumpfement mieux que la version Lush, dès le premier shampooing (j’en fais toujours deux), et il produit en fait une tonne de mousse au deuxième schtroumpf. Le sel fin, c’est beauuuucoup mieux que le gros schtroumpf, au revoir les nœuds et bonjour le volume ! En plus de ça, après quelques shampooings, il semblerait que ce schtroumpf convienne particulièrement à mes cheveux (cheveux fins, longs, peu poreux et regraissant vite). En plus du volume, j’ai la schtroumpf qu’il m’aide à espacer un peu mes shampooings, ce que je recherche depuis longtemps !

Si vous voulez retrouver cette recette en un peu moins schtroumpf, allez jeter un œil à l’article de Lison, vous pourrez aussi y trouver son avis sur ce schtroumpf avec un type de cheveux différent 🙂 Et puis de toute façon, si vous ne le connaissez pas, allez voir son blog, il est vraiment très schtroumpf ^^

Bon, si vous avez lu ce schtroumpf jusque là, vous vous demandez peut-être pourquoi « volume 1 ». Hé bien Lison et moi sommes d’accord sur le fait que la texture du schtroumpf est à retravailler. Lison compte le rendre plus crémeux pour pouvoir l’appliquer directement sur les schtroumpfs… Et moi, j’en ferais bien un schtroumpf solide ! Donc restez connectés, à la fois chez Lison et chez moi, pour connaître les prochaines aventures du Grand Schtroumpf ! 😀

Un gros bisou à ma NSP sans qui cette recette n’aurait pas vu le jour ! Et je schtroumpfe une dédicace particulière à « Azraël », au passage, qui a aussi apporté sa griffe à la recette 😉

PS : La version solide a vu le jour, venez donc y schtroumpfer un œil 🙂

Crème bonne mine « Okinawa »

こんばんは!Aujourd’hui, on part direction Okinawa pour une crème visage effet bonne mine et légèrement autobronzante ! Pas très japonais ces ingrédients, vous me direz ? C’est normal, c’est parce qu’Okinawa est un archipel un peu à part au Japon qui, pour ce que j’en connais, évoque davantage les plages tropicales que les habituels clichés nippons.

Okinawa-2

Phase aqueuse :

  • Infusion de reine des prés et de calendula : 62,4%
  • Urée : 5%

Phase huileuse :

  • HV camélia (aussi appelée huile de thé vert) et jojoba : 10%
  • Cire n°3 : 8%

Ajouts :

  • Poudre de lait de coco : 8%
  • DHA : 4%
  • Allantoïne : 1%
  • Fragrances (Vahiné GF, Summer, Moorea, Monoï) : 1%
  • Cosgard : 0,6%
  • Oxyde marron et cacao en poudre (pour une crème légèrement teintée)

Commencez comme d’habitude par prendre toutes les précautions d’hygiène. Préparez dans un premier bol votre phase aqueuse (sans l’urée), dans un deuxième votre phase huileuse, et faites-les chauffer au bain-marie. Lorsque l’émulsifiant aura fondu, ajoutez l’urée dans votre phase aqueuse et sortez les bols. Versez votre phase aqueuse dans la phase huileuse et mélangez bien pour émulsionner. Continuez à mélanger jusqu’à ce que votre préparation refroidisse (en dessous de 40°), puis incorporez vos ajouts en mélangeant à chaque fois. Transférez ensuite dans un contenant adapté, vous pouvez maintenant le décorer d’une étiquette comme celle-ci :

Okinawa-étiquette

J’ai dû rajouter un peu de xanthane pour stabiliser l’émulsion (je trouve que j’ai quelques soucis de stabilité avec la cire n°3, je ne sais pas pourquoi) mais je n’ai pas noté la quantité exacte, désolée ! Je n’ai pas testé cette crème moi-même. Pnixie m’a confié qu’elle avait un effet autobronzant plutôt marqué sur elle, ce qui fait qu’elle a préféré l’utiliser pour cela plutôt que pour un usage quotidien sur le visage. Je vous avoue que j’ai été plutôt étonnée, puisque j’ai utilisé une crème bonne mine offerte par ma NSP Lison ❤ et dosée elle aussi à 4% de DHA tous les jours, et jusqu’au fond du pot, sans que l’on distingue plus qu’un léger effet bonne mine sur ma peau blanche de geek. Sans doute que nous réagissons différemment à la DHA toutes les deux ! N’oubliez donc pas de faire un test si vous testez cette crème, comme d’habitude n’est-ce pas pour détecter toute allergie éventuelle, mais aussi en l’occurrence pour pouvoir doser l’effet autobronzant !

Et voici la petite fiche de la crème Okinawa :

Okinawa

A très bientôt pour les prochains articles, n’hésitez pas à suivre mes publications si ça n’est pas déjà le cas ! Passez une bonne soirée, またね~! ^_~

Le swap « Escale au Japon »

みんなさんこんにちは – Minna-san konnichiwa !

Aujourd’hui est enfin venue l’heure de mes articles sur le swap Escale au Japon organisé par Sylviane… en mars, oui mais mieux vaut tard que jamais ! J’étais déjà assez fière d’avoir réussi à gérer la préparation de mon colis en même temps que mes exams (vous savez, ceux que j’ai eu toute l’année en fait). Étudiante en japonais comme vous le savez peut-être, et fan de la culture japonaise, ça aurait été impensable que je ne participe pas !

J’ai reçu un ma-gni-fique colis de la part de Tout Nat’urellement dont j’ai vraiment adoré tout le contenu, ses produits sont géniaux et sentent vraiment super bon. D’ailleurs je vous conseille chaudement d’aller jeter un œil à son article sur le swap et à ses recettes ! Dans ce superbe plateau à bentô fait main, j’ai pu trouver :

Bentô

Quant à moi, j’ai envoyé un colis à Pnixie, qui contenait :

Swap

Les recettes ne vont pas tarder, le temps de vous faire de jolis petits articles… 😉 En attendant, またね – mata ne ! ^o^

Test AZ : le guarana – Crème de jour L’Amazone

Bonjour à tous !

Vous l’attendiez, le voici, j’ai nommé le test du guarana de chez Aroma-Zone ! Nous allons tout de suite faire les présentations : vous pouvez le trouver ici et sa fiche pas loin.

Guarana

Le guarana peut servir à plein de choses en cosméto, puisqu’il est…

  • Tonifiant : riche en caféine, en vitamines et oligo-éléments, il stimule l’activité des cellules
  • Anti-cellulite : booste le métabolisme de base des cellules et la libération de catécholamines dont l’adrénaline, qui permet à l’organisme de brûler plus rapidement les graisses stockées indésirables.
  • Antioxydant : protège les cellules de l’oxydation grâce à sa richesse en polyphénols.
  • Astringent  : aide à resserrer les pores grâce aux tanins présents dans la graine de Guarana.
  • Antimicrobien : aide à lutter contre la prolifération bactérienne.

Mais il a aussi d’autres propriétés qui pourront vous intéresser :

  • Lutte contre la somnolence, grâce à sa richesse en caféine
  • Stimulant des fonctions cognitives : une étude montre qu’il booste l’attention et la concentration et améliore l’efficacité mémorielle.
  • Tonique et dynamisant, il est traditionnellement utilisé pour améliorer les performances physiques.
  • Diurétique : la caféine qu’il contient participe à l’amélioration des fonctions d’élimination.
  • Amincissant : la caféine qu’il contient est réputée pour augmenter le métabolisme de base des cellules, permettant une élimination plus rapide des graisses stockées.

Comme je vous l’ai raconté dans mon test précédent, j’étais en plein exams lorsqu’Aroma-Zone m’a proposé de choisir mes produits à tester : à la base, j’ai donc été très intéressée par le guarana pour son côté énergisant ! J’avais déjà cherché à en acheter, et je pense donc pouvoir vous confirmer que c’est là que vous le trouverez au meilleur prix. Bon, vu que je suis maintenant en vacances et que je peux faire la grasse matinée, le besoin de caféine se fait nettement moins ressentir : je vous proposerai peut-être une recette de cocktail énergisant quand j’aurai repris les cours, mais pour l’instant j’ai choisi de voir ce que pouvait donner le guarana dans une crème de jour (ben oui, des fois que ça m’empêche de dormir dans une crème de nuit !) puisqu’il est aussi conseillé pour le soin des peaux grasses et acnéiques.

Il y a quelque temps, j’avais réalisé une crème « amazonienne » purifiante (et très riche) qui s’était avérée bien utile pour sortir cet hiver, mais beaucoup trop grasse pour ma peau une fois les températures remontées (cela dit, n’hésitez pas si vous voulez la recette, je pense qu’elle serait beaucoup plus intéressante pour les peaux sèches !). Le guarana correspondant à merveille à mon thème, je me suis dit que ce serait l’occasion ou jamais de revoir toute la recette.

Voici donc la recette de ma crème de jour purifiante L’Amazone !

Amazone

PHASE HUILEUSE :

PHASE AQUEUSE :

AJOUTS :

* J’ai acheté mon beurre de bacuri chez Gisella Manske mais on dirait qu’ils ne le proposent plus à la vente (pour l’instant ?)… Je vous proposerais de le remplacer par du beurre de cupuaçu ou de cacao, même si je n’ai pas testé. D’autre part, je choisirais l’huile de jojoba si je devais me passer de l’huile de pracaxi – qui elle, est toujours en stock. Si vous essayez, n’hésitez pas à me donner vos impressions !

Commencez par relire les précautions d’hygiène. C’est fait ? Nous allons tout d’abord réaliser le macérât hydroglycériné, pour lui laisser le temps de mariner. Pour cela, il suffit de mélanger (pour 100g, et je vous conseille de prévoir large par rapport à la quantité que vous souhaitez obtenir, histoire de compenser les pertes lors de la filtration)…

  • 5g de guarana
  • 5g de tépezcohuite
  • 10g de glycérine
  • 90g d’eau

Ensuite, vous devrez laisser le tout 24h au frais. Oui c’est long ! Pour vous occuper, mélangez régulièrement, et venez trouver de nouvelles recettes sur mon blog… ^^

Le lendemain, filtrez votre macérât en essayant d’en récupérer le plus possible sans en mettre partout : moi, j’utilise un filtre en tissu !

Astuce : si vous récupérez les poudres contenues dans votre filtre et que vous les faites bien sécher, vous pourrez les utiliser comme base pour un très bon masque-gommage purifiant express : 1/3 de poudres, 1/3 de miel et 1/3 de votre huile végétale préférée. Hé oui, c’est une recette deux-en-un !

Bon, nous avons maintenant notre macérât hydroglycériné durement acquis. Prélevez-en la quantité nécessaire que vous mettrez dans un premier bol. Dans un second, mettez le beurre de bacuri, l’huile de pracaxi et la cire n°3. Et nous allons pouvoir procéder à l’émulsion !

Faites chauffer vos deux bols au bain-marie jusqu’à 70° environ. Sortez-les sans vous brûler, puis versez la phase aqueuse dans la phase huileuse en mélangeant bien jusqu’à ce que l’émulsion prenne. Vous pouvez aider au refroidissement en plaçant votre bol dans un bain d’eau glacée. Lorsque votre mélange est refroidi (en-dessous de 40°), vous pourrez ajouter le baume du Pérou, l’absolue de benjoin et le Cosgard en mélangeant bien à chaque fois. Ensuite, trouvez un joli pot pour y transvaser votre crème, et profitez-en pour la tester avant de vous tartiner, on ne sait jamais 🙂

Résultat : une crème fluide et très rapidement absorbée : déjà, mission réussie ! Elle laisse la peau hydratée et nourrie tout en douceur, avec une odeur vanillée que j’adore, et on peut noter un léger effet bonne mine grâce au beurre de bacuri. J’ai aussi l’impression que le guarana donne un petit coup de peps au teint, mais je vous en dirai plus quand nous aurons fait plus ample connaissance ! A bientôt d’ici là… ^_~

Et encore merci à Aroma-Zone pour m’avoir envoyé ces deux produits à tester !

Crème « Montez le volume ! » + macérât de bellis

Montez le volume !

Non non, il ne s’agit pas d’une solution volume pour les cheveux ! 😉

A l’origine, c’est en fait d’une crème à effet tenseur pour la poitrine, parce que quand on a du volume, un petit « remontant » ça ne se refuse pas. Mais après deux mois d’utilisation tous les matins, en plus de résultats impressionnants et remarqués, j’ai dû changer de taille de soutien-gorge, donc je la conseillerais aussi à celles qui ne seraient pas contre un peu plus de volume !

Alors, qu’est-ce qu’il y a dans ce flacon magique ?

– infusion de reine des prés : 38,4% (tonique, raffermissant)

gel d’aloé vera : 20% (tenseur, régénérant, entre autres)

Olivem 1000 : 5% (émulsifiant non-gras)

macérât de bellis dans HV de tournesol : 30% (tenseur, tonique, galbant, raffermissant)

extrait de kigelia : 5% (tonique, tenseur, raffermissant, galbant, repulpant)

Cosgard : 0,6% (conservateur)

fragrances 1% (pour moi qui ne sais pas faire simple, un mélange : absolue de benjoin 0,5%, Moorea 0,2%, Body butter 0,1%, Summer 0,1%)

 

Le plus long, c’est bien entendu de préparer le macérât de bellis si on a décidé de le faire soi-même. Parce que oui, on peut facilement le faire soi-même, puisque l’autre nom de la bellis c’est… la pâquerette ! Donc déjà, vous allez devoir attendre le printemps, alors si vous êtes pressées, achetez-le tout fait (chez Aroma-Zone par exemple).

Bon, admettons qu’on soit au printemps. Tout ce que vous avez à faire, c’est de cueillir des pâquerettes, plein de pâquerettes, et encore plus de pâquerettes. Voilà ce que j’avais récolté, il y en a 20 grammes :

Pâquerettes

Je les ai ensuite faites sécher pour éviter qu’elles ne moisissent dans l’huile, admettez qu’après cette cueillette acharnée ça aurait été dommage. J’emprunte le déshydrateur à légumes familial, mais vous pouvez aussi les laisser sécher au soleil (on est au printemps là, je vous le rappelle) ou au four à faible température.

Après cela, on peut les placer dans un récipient et les recouvrir d’huile dans les proportions de 10% de fleurs pour 90% d’huile. J’ai utilisé de l’huile de tournesol, tout simplement parce que le macérât d’Aroma-Zone est à base de tournesol, mais vous avez tout à fait le droit de réfléchir un petit peu plus loin et de choisir une huile que vous préféreriez. Évitez les huiles qui rancissent facilement (rajoutez éventuellement de la vitamine E), on va laisser notre mélange mariner pendant trois semaines !

Pâquerettes + huile

Entre temps, on pourra remuer notre bocal régulièrement. Trois semaines plus tard (vous vous doutez déjà que j’ai oublié le mien plus longtemps ? Heureusement que mes pâquerettes étaient sèches hein !), on attaque la filtration : avec un entonnoir et un filtre à café comme moi…

Macérât pâquerettesou en investissant dans un filtre spécial macérâts en tissu. Ça vous évitera les filtres qui explosent, tout ça !

Bref, maintenant vous avez votre macérât de pâquerettes, fait avec amour ou acheté tout simplement. Félicitations ! Maintenant on va attaquer l’infusion de reine des prés, ne criez pas, ça ne prendra qu’un quart d’heure ^^

Versez simplement 100ml d’eau bouillante pour 1g de fleurs, et filtrez au bout de 15 minutes. C’est tout de suite plus rapide non ? Prévoyez une plus grande quantité que ce dont vous aurez réellement besoin pour la recette, vous n’arriverez pas à sortir chaque goutte d’eau des fleurs 😉

Maintenant, préparez deux bols résistants à la chaleur : dans le premier, vous allez verser votre infusion de reine des prés (filtrée et en quantité exacte, évidemment) ainsi que l’aloé vera, dans le deuxième, la quantité de macérât de bellis nécessaire à la recette et l’émulsifiant (Olivem 1000).

Faites chauffer vos deux bols au bain-marie jusqu’à ce qu’ils atteignent environ 70°C. A ce moment-là, sortez-les tous les deux du bain-marie sans vous brûler, et verser lentement le contenu du premier bol (la phase aqueuse) dans le deuxième (la phase huileuse) en mélangeant bien. Vous pouvez essayer le batteur si ça ne vous fait pas gicler toute la préparation dans la pièce, moi j’utilise un fouet manuel ! Mélangez bien jusqu’à ce que l’émulsion soit bien prise, et continuez jusqu’à ce que votre tambouille passe en dessous des 40°C.

Ensuite, rajoutez successivement l’extrait de kigelia, la ou les fragrances, et enfin le cosgard, tout en remuant bien entre chaque ajout. Vous pourrez ensuite transférer votre crème dans un pot, ou un flacon (elle est assez fluide pour ça).


Et voilà ! Cette crème n’est pas trop grasse, elle sent bon, et en plus, elle est EFFICACE. J’ai remarqué les premiers effets en une semaine, maintenant à vous de tester les filles ! =D

Le kit « layering » de voyage

Bon, j’ai mis layering dans le titre parce que ça parlera à plus de monde, mais moi je suis étudiante en japonais et il semblerait qu’au Japon, layering ça ne renvoie pas à grand-chose en rapport avec la cosmétique ! Pour faire classe je parlerais bien de Nihon-teki keishôhin (日本的化粧品) mais vous n’allez pas retenir. Donc à vous de voir comment vous voulez appeler cette technique, layering, millefeuille ou 日本的化粧品 !

Dans tous les cas, il s’agit bien d’un programme de soins inspiré par celui des Japonaises, j’me suis renseignée ! Ça consiste à utiliser une série de soins pour le visage matin et soir, chacun ayant sa propre utilité. Cette technique étant à la mode et expliquée un peu partout, vous avez le choix mais je vais vous conduire chez Zaubette qui a écrit tout un très bon article sur le layering ! Ben oui je ne vais pas répéter ce qu’elle a très bien expliqué, sinon c’est pas comme ça que je vais avancer mes articles.

Parce qu’en fait, je voulais vous présenter ma dernière trouvaille en matière de layering, ou comment éviter de partir en vacances avec une trousse de toilette qui pèse 5 kilos : le kit de layering spécial voyage !

Millefeuille fluo

Bon, je ne suis pas partie en vacances cet été en fait, donc je n’ai pas eu de soucis de trousse de toilette, mais si là, tout de suite, on m’apprenait que j’ai gagné un voyage aux Seychelles, hé ben je serais prête :p

Pour ce kit, j’ai utilisé deux lots de pots empilables de 10ml de chez Aroma-Zone (ils les ont aussi en couleur, mais j’ai préféré m’amuser à colorer directement les produits, au grand dam de l’homme de la maison d’ailleurs). Voyons en détail ce qu’il y a dans cet arc-en-ciel de produits…

  • Un démaquillant huileux à la noix de coco (pour le soir) : inspiré de celui de Zaubette, c’est un démaquillant vraiment tout simple et qui sent merveilleusement bon ! 80% d’huile de coco et 20% de gélisucre, et hop ! Un démaquillant super efficace même contre le mascara waterproof, j’adore !
    Huile démaquillante
  • Un nettoyant visage tout rose : rien de très original ici, juste le reste de mon échantillon de nettoyant pseudo-solide du swap de printemps, dilué pour le rendre crémeux, et coloré, comme vous vous en seriez sans doute déjà rendu compte. Le prochain sera inspiré de la gelée nettoyante des Cosmétiques de Lilith que je vous conseille, ayant eu la chance de la tester !

Nettoyant visage

  • Une gelée de miel : c’est ce à quoi j’ai réfléchi le plus longtemps, comment inclure ma lotion dans ces petits pots ? Finalement j’ai eu l’idée de réaliser une version gélifiée de mon eau de miel à la lavande, en ajoutant 1% de carraghénane (et du colorant). Pour la petite histoire, Lison et moi avons eu à peu près la même idée au même moment, mais nos deux versions de gelée de miel n’ont en fait rien à voir ! Vous pouvez quand même aller voir la sienne, je vous autorise 😉

    Note sur cette gelée : j’adore sa consistance, c’est une gelée mais on a l’impression de retrouver une lotion liquide quand on l’applique ! N’empêche qu’avec une texture de confiture pareille on s’attend à tomber sur une odeur de fruits jaunes, pas de lavande… Je pense que la prochaine sera à la pêche ou à l’abricot 🙂

    Gelée de miel

  • Un sérum à l’aloé vera : je n’utilise habituellement pas de sérum dans ma routine, parce que je ne sais pas quoi mettre dedans après avoir mis plein d’actifs dans la lotion. Mais j’avais 6 pots sous la main ! J’ai donc opté pour une recette toute simple : 84% de gel d’aloé vera, 1% de glycérine, 10% de miel, 5% d’arrow root (et du colorant). J’aime bien en fait, de quoi me faire réfléchir à utiliser ce genre de sérum à chaque fois…

Sérum

  • Une crème de jour « express » à la poire : je n’aurais pas pensé à cet arôme sans avoir été inspirée par le vert que j’avais prévu, ça aurait été dommage ! J’ai utilisé le lait végétal AZ comme base (à 63 %), ajouté de l’aloé vera (31 %), 5% de MSM, 1% d’extrait aromatique de poire et du colorant vert. Bilan, une crème légère et très parfumée, mmm !

Crème jour

  • Une crème de nuit « express » : je suis aussi partie d’une base de 86% de lait AZ (je ne vous avais pas dit que j’ai fini cette tambouille à minuit, ça explique le choix des crèmes « express » ^^), à laquelle j’ai rajouté 5% d’urée diluée dans 3% d’hydrolat de lavande, 5% d’acides de fruits, et 1% d’absolue de benjoin. Benjoin-lavande, il fallait y penser mais le résultat me plaît beaucoup !

Crème nuit

  • Et je finis mes soins avec une pointe de crème pour les lèvres. Elle n’a pas son propre pot parce que 10ml, c’est largement trop pour une dose de voyage ! D’ailleurs, j’ai réussi à en transférer à grand peine dans un flacon gloss, et c’est beauuucoup plus pratique pour en mettre juste la quantité qu’il faut 😉

Et voilà, si maintenant c’était à vous qu’on offrait le voyage aux Seychelles finalement (mais vous m’emmèneriez bien avec vous, hein ?), vous sauriez comment emporter votre routine de soins sans payer de surcharge de bagages ! ^_^

Une révélation pour les couples : la crème à bisous Kikolpa !

Si vous êtes en couple, vous savez déjà qu’une des plus grandes mascarades de notre temps c’est la façon dont les publicitaires ont réussi à nous faire croire qu’avec un baume à lèvres « on embrasse mieux que personne ». Sérieusement ! Tous les représentants de la gent masculine interrogés lors d’un récent sondage (conduit sur un nombre de spécimens assez restreint, j’avoue, n’hésitez pas à partager vos expériences pour rendre l’étude plus sérieuse) ont confirmé que c’était un mythe et qu’ils détestent quand les filles qui ont les lèvres qui collent. Le problème, c’est que la gent féminine, elle, déteste avoir des lèvres qui font aussi lime à ongles. Du coup qu’est-ce qu’on fait quand on a les lèvres qui gercent au moindre coup de vent et qu’on ne veut pas se mettre au régime de bisous ?

Hé ben, on invente une crème à lèvres : pas un baume qui reste des heures sur les lèvres, mais une crème hyper hydratante absorbée en quelques minutes à peine !

Crème à bisous

Voici la recette de cette merveille (je vous propose d’en faire 10ml, j’en ai préparé 15 pour remplir le pot transparent et ça fait franchement beaucoup) :

Liste de courses :

Phase A :

  • HV abyssinie : 5% soit 0,5g (nourrissante, émolliente et très pénétrante)
  • Beurre de sal : 5% soit 0,5g (nourrissant, anti-inflammatoire et très pénétrant)
  • Olivem 1000 : 5% soit 0,5g (émulsifiant très pénétrant et hydratant à longue durée)
  • Cristaux de menthol : 0.3% soit 0,03g (effet « glaçon » et repulpant)

Phase B :

  • Eau : 49.1% soit 4,91g
  • Gel d’aloé vera : 20% soit 2g (hydratant, cicatrisant, protecteur et très pénétrant)
  • Miel : 2% soit 0,2g (hydratant, nourrissant, cicatrisant, adoucissant)
  • Carraghénane : 0.5% soit 0,05g (hydratant et lissant)
  • Glycérine : 5% soit 0,5g (hydratant, adoucissant)
  • Urée : 5% soit 0,5g (hydratant, adoucissant, très pénétrant et légèrement exfoliant à cette concentration)

Phase C :

  • Bisabolol : 1% soit 0,1g (apaisant, cicatrisant)
  • Absolue de baume du Pérou : 0.03% soit 0,003g (dosage maximal recommandé pour un produit pour les lèvres, ça va être compliqué à doser mais comme j’en ai préparé 2 pots en même temps, c’était quand même plus facile. Sent super bon, en plus de ses propriétés cicatrisantes)
  • Absolue de benjoin : 1% soit 0,1g (sent super bon, cicatrisante, apaisante, adoucissante et hydratante)
  • Arôme vanille : 0,47% soit 0,047g (miam)
  • Cosgard : 0.6% soit 0,06g (conservateur)

A noter : vous pouvez arranger la recette à votre sauce, retirer le menthol, changer le parfum… Je vous autorise ❤

Recette :

Après préparation, nettoyage et désinfection de votre laboratoire, comme d’habitude, commencez par mélanger tous les ingrédients de la phase A (phase huileuse) sauf le menthol que vous ajouterez un peu plus tard. Pour faire une aussi petite quantité, vous allez galérer sans balance de précision. Une solution peut être de préparer cette recette pour toutes vos amies, le dosage sera alors plus simple ! Préparez aussi la phase B (phase aqueuse) dans laquelle vous mélangerez tout, sauf l’urée qu’on ajoutera aussi ensuite. Préparez un bain-marie dans lequel vous mettrez vos deux phases à chauffer jusqu’à atteindre environ 70°C.

Rajoutez au dernier moment le menthol dans la phase A et l’urée dans la phase B, en mélangeant bien. Retirez vos deux bols du bain-marie, versez la phase B dans la phase A sans vous brûler (ben oui, c’est chaud) et émulsionnez en mélangeant bien jusqu’au refroidissement de votre préparation.

A ce moment-là seulement, vous pouvez envisager d’incorporer les ajouts de la phase C en mélangeant bien entre deux. Mieux, faites-le. Transférez ensuite votre mixture dans un joli pot, et entamez une danse de la victoire. A vous les bisous et les lèvres toutes douces !

Crème à lèvres ouverteElle a l’air bien entamée là, mais c’est trompeur, j’en ai transféré une partie dans le petit pot rose pour l’emmener en voyage.

Résultat :

Une crème à lèvres onctueuse et au parfum délicieux qui correspond parfaitement à ce que j’avais espéré ! L’effet « glaçon » peut surprendre dans une crème au parfum tout doux comme celle-là, mais j’aime bien. Je l’utilise comme dernière étape de mon layering, matin et soir, et je n’ai pas les lèvres gercées en ce moment… mais vous me direz, on est en été. J’attends donc, sans trop d’impatience hein, l’hiver pour tester son efficacité en conditions extrêmes !