Shampooing automnal « Ail laurier »

Bonsoir tout le monde !

J’avoue tout de suite : il n’y a ni ail ni laurier dans ce shampooing solide, mais j’ai dû juger qu’écrit « Ai! laurië », comme dans « Ai! laurië lantar lassi súrinen » ça serait trop facile à comprendre. C’est du quenya (elfique) et ça veut dire « Ah ! comme l’or tombent les feuilles dans le vent »…

Tolkien - Namarië

Tolkien – « Namarië »

Bref. C’est l’automne. En automne, les feuilles tombent, et les cheveux ont tendance à faire de même… Je ne m’étais jamais vraiment intéressée à la question et j’aurais pu continuer comme ça encore longtemps (les cheveux, ça repousse :p), si je n’avais pas été alertée par la découverte récurrente de cheveux dans mes petits plats. Et ça, je ne laisse pas passer !

Je me suis basée sur ma dernière recette de shampooing solide à la mode, celle du Schtroumpf bricoleur / shampooing luciole, et j’ai rajouté tout plein d’actifs fortifiants et anti-chute.

Phase n°1 :

  • 25% SCS
  • 10% SCI
  • 10% SLSA
  • 5% Sodium Lauroyl Sarcosinate
  • 4% HV Ricin
  • 4% HV pracaxi
  • 8% jus de citron

Ajouts :

  • 20% sel fin
  • 2% bringharaj
  • 2% amla
  • 2% poudre d’ortie
  • 2% kapoor kachli
  • 2% shikakai
  • 1,5% glycérine
  • 1,5% inuline
  • 1% HE sauge sclarée

Comme d’habitude, respectez les précautions d’hygiène habituelles, préparez votre bain-marie habituel, mettez tous les ingrédients de la phase 1 dans votre bol habituel, puis quand c’est tout fondu ajoutez la suite en mélangeant bien, et mettez en moule. Il faut savoir que c’est un shampooing aux poudres donc si vous avez testé, vous savez ce que ça veut dire : couleur moche à l’horizon ! J’ai d’abord coulé deux mini-feuilles dans mon moule à mini-feuilles, et pour essayer de varier un peu la couleur, j’ai rajouté du dioxyde de titane pour l’éclaircir. Notez que comme je voulais une couleur feuille morte en fait, avant ça j’ai essayé avec des colorants alimentaires et des micas et rien d’autre ne fonctionne, je vous gagne du temps :p

Shampooing solide Ail laurier

Et voilà le résultat ! Ça n’est pas mon plus beau shampooing ni celui qui sent le meilleur… mais il fait bien son boulot. Ça fait quelque temps que je le teste (vous l’aviez sans doute deviné, vu qu’on n’est pratiquement plus en automne en fait), et l’indicateur cheveux-dans-l’assiette est unanime : l’invasion est endiguée ! \o/

Publicités

Test AZ : fragrance Cocosun – Shampooing solide Luciole

Vous qui ne jurez que par les ingrédients naturels, les recettes « slow » et les produits classiques… Tremblez ! Les autres, venez, on va s’marrer ^_^

Cet été, l’équipe Aroma-Zone, ignorant tout de l’usage que j’allais en faire, m’a gentiment laissée choisir parmi leurs dernières fragrances celle qui me tentait le plus. J’ai sélectionné la fragrance Cocosun : un parfum de fin d’été selon moi, sur une base de lait de coco sucré : j’aime beaucoup. J’ai beau collectionner les fragrances, je ne suis malgré tout pas très douée pour les décrire, alors écoutons l’expert AZ :

  • Note de tête : blanche et crémeuse aux très doux accords lactés
  • Note de cœur : lait et pulpe de coco, réchauffée par un caramel gourmand
  • Note de fond : vanille solaire addictive, enveloppée de légers accords boisés

Fragrance Cocosun

J’ai voulu l’utiliser dans un shampooing solide du même style que mon Schtroumpf bricoleur, mais il fallait qu’il évoque l’été. D’où la luciole. Et une luciole, ça brille. D’où une recette en fait très adaptée à cette période d’Halloween où j’écris ! 😀 Voici la recette, oui je fais encore durer le suspense pour les photos…

Phase n°1 :

  • 30% SCS
  • 15% SCI
  • 10% SLSA
  • 5% Sodium Lauroyl Sarcosinate
  • 8% « silimauve » *
  • 8% HV coco

Ajouts :

  • 20% sel fin
  • 2% inuline
  • 2% fragrance Cocosun
  • pigment phosphorescent **

* Le « silimauve » est une préparation personnelle qui s’inspire du silicone végétal de Caly et composée de 0,4% de carraghénane pour 99% d’infusion de mauve et 0,6% de Cosgard.

** J’ai trouvé ce pigment chez TKB (« nite glow ») mais vous pouvez aussi en trouver chez Aromat’Easy. Pour 100g de shampooing solide (soit deux lucioles), j’en ai utilisé ici une cuillère à café. Ce pigment brille dans la nuit après avoir été exposé quelque temps à la lumière (pour maximiser l’effet, laissez-le sous une lampe)… et pour avoir testé avec ma NSP, vous pouvez aussi vous en servir pour faire de chouettes peintures de guerre 😀

Pigment phosphorescent

Le mode opératoire, c’est le même que pour le Schtroumpf bricoleur. Et puis à force de lire mes recettes, vous devez bien savoir réaliser un shampooing solide non ? 😉

Voici quand même la réalisation en quelques photos. Parce que c’est plus fun que pour un shampooing classique ^^

JourJour…

NuitNuit !

Lucioles day

Les lucioles tout juste démoulées. Pour une raison qui m’échappe encore, de blanches, elles sont rapidement devenues roses, puis définitivement brun clair à la fin de la soirée… J’ai déjà eu ce phénomène sur un autre shampooing solide, et les seuls ingrédients en commun sont le SCS, le SCI et la carraghénane. Affaire à suivre :p

Lucioles nightEt les lucioles, by night. Elles sont belles non ? 😀

Le shampooing est à peu près le même que le Schtroumpf bricoleur qui m’a bien plu, donc pas grand-chose de révolutionnaire ! Pas de casse à déplorer cette fois-ci, rendu toujours très chouette, et j’aime beaucoup cette fragrance que l’on remarque bien sous la douche. Je ne peux pas vous dire si l’odeur reste sur les cheveux parce que j’utilise un après-shampooing parfumé lui aussi, mais il ne tient qu’à vous de tester…

Et cela va sans dire : oui, vous pourrez vous laver les cheveux dans le noir, mais non, vous n’aurez pas les cheveux phosphorescents après avoir utilisé ces lucioles. J’ai vérifié. Trouvez autre chose pour votre costume d’Halloween 🙂

Pourquoi j’aime la cosmétique maison !

Dans cet article qui est aussi une sorte de « coming-out » bloggesque, puisque je me décide à le partager en-dehors de ma sphère habituelle (coucou les amis et curieux qui avez cliqué sur mon lien, et bienvenue ! J’espère que ça vous plaira ^^), je voudrais vous expliquer pourquoi, moi, j’aime la cosmétique maison. Vous pouvez le voir comme une voix qui s’ajoute aux articles de mes copines Lison et Charlie, ou à celui de Caly, ou bien juste le lire comme ça et en apprendre plus sur mes passions !

A la suite d’un commentaire qui me reprochait d’utiliser trop d’ingrédients dans mes recettes, et de la polémique du moment suite à un article « anti-cosméto maison » que je ne citerai pas, je me suis dit : pas de polémique pour moi, mais autant prévenir mes lecteurs, histoire qu’ils sachent ce qu’ils peuvent trouver sur ce blog. Même s’il y a aussi la possibilité de découvrir par soi-même bien sûr 😉

Oui évidemment, la motivation de base quand on prépare ses produits, c’est de prendre soin de sa peau. Si vous utilisez uniquement quelques bons ingrédients votre peau sera contente, et vous pouvez très bien vous satisfaire d’une eau de rose et de beurre de karité par exemple, je respecte. Mais ça n’est pas mon style. Je ne trouve tout simplement pas ça marrant. Si je tambouille, c’est pour m’amuser !

Pour faire une comparaison culinaire comme le propose ce commentaire, on peut tout à fait opter pour une recette simple comme un quatre-quarts… Mais moi je préfère la version quatre-quarts customisé à la guimauve avec son glaçage coloré au chamallow 😀

Gâteau recadré

Recette disponible sur simple demande, si ça ne vous fait pas fuir comme certains ^^ EDIT : recette disponible dans les commentaires 😉

On peut manger des oeufs de caille avec du riz et une salade… Ou passer du temps à préparer un bentô avec lapin de Pâques pour allier le plaisir des yeux au goût 😀

Pâques

Et puis on peut faire un moelleux au chocolat… Ou préférer un trou de Hobbit au chocolat !

gâteau

Je pense que si j’avais un slogan, ça serait quelque chose comme « Pourquoi faire simple quand on peut s’amuser ! ». Et puis en ce qui concerne les produits tout faits, aussi bien formulés soient-ils, je suis d’avis que vous aurez beau acheter un gâteau dans une pâtisserie, vous trouverez sans doute bien meilleur celui que vous venez de sortir du four encore fumant avec fierté…

Moi je préfère jouer à l’alchimiste, tester de nouveaux ingrédients et varier les proportions, noter ceux qui me conviennent le mieux et les combiner dans un produit ultime où chaque ingrédient joue un rôle bien précis, créer le shampooing philosophal qui changera mes cheveux en or. Me mettre dans la peau d’une parfumeuse et créer le parfum qui correspond à mes goûts et à mon humeur, en piochant dans ma collection de fragrances avec délices comme une fashion victim assortit son vernis à ongles à sa tenue. M’improviser artiste en démoulant d’adorables petits savons de Noël, peintre classique en les peignant aux micas avec application ou à la Pollock en faisant gicler la pâte à savon colorée pour créer un marbrage déstructuré, modeleuse de shampooing façon pâte à sel, sculptrice de savon, pâtissière de cupcakes de bain. Druide cueillant des herbes à la pleine lune sous les frondaisons de forêts obscures – ou au soleil dans son jardin, selon disponibilité ; Archimède s’écriant « eurêka ! » quand une idée de tambouille farfelue donc géniale me passe par la tête sous la douche, petit lutin du père Noël préparant avec amour des cadeaux top secrets, exploratrice à la recherche de nouveaux ingrédients dans des boutiques exotiques comme Willy Wonka en Loompaland !

Et puis dans quel magasin, même bio, même ce que vous voulez, pourrez-vous trouver des shampooings en forme de Schtroumpfs (recette à venir) ? Où pouvez-vous passer commande d’un soin spécial cheveux non-poreux, racines grasses, pointes sèches, hydratant, nourrissant, éclaircissant, spécial reflets, sans silicones, et qui sente bon le miel et les gâteaux s’il vous plaît ? Et par-dessus tout, où peut-on se faire des amies incroyables en échangeant au détour d’un rayon « soin du visage » ? ❤

Voilà un petit aperçu des raisons qui font que oui, j’aime la cosmétique maison ! Et je compte bien en découvrir encore de nouvelles ^_^

Test AZ : l’huile de pracaxi – Crème de jour « La nouvelle Amazone »

Bonjour les lecteurs !

Je vous sens déçus par le titre, vous vous dites « mouais, elle essaie de nous recycler une ancienne recette en la faisant passer pour une nouvelle ! » Non non. Autant j’avoue que c’est plutôt pratique de pouvoir réutiliser mes jolies étiquettes amazoniennes, autant c’est une toute nouvelle recette, je vous assure, et en plus, elle est top. C’est simplement que le thème « produits amazoniens » m’inspire, tout comme AromaZone qui leur consacre une rubrique spéciale sur leur nouveau site ! Est-ce qu’AromaZone se sent proche de l’Amazone ? Allez savoir.

Quoiqu’il en soit, voici la recette de ma nouvelle crème de jour, qui vise toujours à purifier la peau tout en la tonifiant (j’ai gardé le guarana), dans laquelle j’ai voulu tester l’huile de pracaxi en solo. J’ai aussi rajouté certains de mes actifs fétiches et travaillé sur une formule à absorption rapide !

Je vous laisse découvrir sa recette :

Crème de jour « La nouvelle Amazone » :

Amazone 2

PHASE AQUEUSE :

  • Gel d’aloé vera : 20%
  • Infusion de guarana et tépezcohuite (à 10%) : 56,6%
  • Gomme xanthane : 0,3%

PHASE HUILEUSE :

  • Cire n°3 : 3%
  • HV pracaxi : 10%
  • Coco silicone : 5%

AJOUTS :

  • Bacti’pur 1,5%
  • Allantoïne 1%
  • Complexe Hydratation Intense 1%
  • Absolue benjoin 0,8%
  • Baume du Pérou 0,2%
  • Cosgard 0,6%

Bien entendu, vous commencez toujours par relire les précautions d’hygiène, n’est-ce pas ?

Ensuite, vous allez préparer l’infusion de guarana et de tépezcohuite, en comptant 10g de poudres pour 100g/ml d’eau bouillante. Laissez infuser 15 minutes avant de filtrer. Essayez de réutiliser les poudres par exemple pour un gommage ! Bien entendu, vous pouvez aussi opter pour un macérât hydroglycériné comme dans la précédente recette, si vous avez un peu de temps devant vous, mais… ça n’était pas mon cas 😉

Prélevez la quantité d’infusion nécessaire à la recette, rajoutez le gel d’aloé vera puis la xanthane pour former un gel homogène, et préparez dans un autre bol la phase huileuse. Faites chauffer séparément vos deux phases et procédez ensuite à l’émulsion (là, je simplifie, mais si vous êtes perdus, allez voir comment ça se passe en détail chez Hindi !). Une fois que vous aurez mélangé tout ça suffisamment longtemps, et que ça aura refroidi, c’est au tour des ajouts, que vous incorporerez en mélangeant bien. Mettez en pot, et à vous la crème amazonienne ! =D

Amazone

Résultat : je n’ai encore testé cette crème que depuis quelques jours, donc ne vous attendez pas encore à une étude poussée sur le long terme 😉 Mais ce qui est sûr c’est que c’est la crème la plus rapide à pénétrer que j’ai testée jusque là : moins de 15 secondes, montre en main ! Elle laisse ensuite une peau particulièrement douce et veloutée. Elle est plutôt fluide et possède aussi un très bon glissant qui rend l’application particulièrement agréable pour moi. Et je suis toujours fan de l’odeur un peu vanillée du mélange benjoin-baume du Pérou, qui s’accorde très bien avec la note de noisette de l’huile de pracaxi ! Une recette qui risque de devenir la nouvelle base de travail pour mes prochaines crèmes 🙂

J’espère que ces dernières recettes vous auront plu, et j’espère vous retrouver bientôt pour de nouvelles aventures ! À bientôt ^_~

PS : on dit « joyeux anniversaire Océane ! » ^^