Shampooing automnal « Ail laurier »

Bonsoir tout le monde !

J’avoue tout de suite : il n’y a ni ail ni laurier dans ce shampooing solide, mais j’ai dû juger qu’écrit « Ai! laurië », comme dans « Ai! laurië lantar lassi súrinen » ça serait trop facile à comprendre. C’est du quenya (elfique) et ça veut dire « Ah ! comme l’or tombent les feuilles dans le vent »…

Tolkien - Namarië

Tolkien – « Namarië »

Bref. C’est l’automne. En automne, les feuilles tombent, et les cheveux ont tendance à faire de même… Je ne m’étais jamais vraiment intéressée à la question et j’aurais pu continuer comme ça encore longtemps (les cheveux, ça repousse :p), si je n’avais pas été alertée par la découverte récurrente de cheveux dans mes petits plats. Et ça, je ne laisse pas passer !

Je me suis basée sur ma dernière recette de shampooing solide à la mode, celle du Schtroumpf bricoleur / shampooing luciole, et j’ai rajouté tout plein d’actifs fortifiants et anti-chute.

Phase n°1 :

  • 25% SCS
  • 10% SCI
  • 10% SLSA
  • 5% Sodium Lauroyl Sarcosinate
  • 4% HV Ricin
  • 4% HV pracaxi
  • 8% jus de citron

Ajouts :

  • 20% sel fin
  • 2% bringharaj
  • 2% amla
  • 2% poudre d’ortie
  • 2% kapoor kachli
  • 2% shikakai
  • 1,5% glycérine
  • 1,5% inuline
  • 1% HE sauge sclarée

Comme d’habitude, respectez les précautions d’hygiène habituelles, préparez votre bain-marie habituel, mettez tous les ingrédients de la phase 1 dans votre bol habituel, puis quand c’est tout fondu ajoutez la suite en mélangeant bien, et mettez en moule. Il faut savoir que c’est un shampooing aux poudres donc si vous avez testé, vous savez ce que ça veut dire : couleur moche à l’horizon ! J’ai d’abord coulé deux mini-feuilles dans mon moule à mini-feuilles, et pour essayer de varier un peu la couleur, j’ai rajouté du dioxyde de titane pour l’éclaircir. Notez que comme je voulais une couleur feuille morte en fait, avant ça j’ai essayé avec des colorants alimentaires et des micas et rien d’autre ne fonctionne, je vous gagne du temps :p

Shampooing solide Ail laurier

Et voilà le résultat ! Ça n’est pas mon plus beau shampooing ni celui qui sent le meilleur… mais il fait bien son boulot. Ça fait quelque temps que je le teste (vous l’aviez sans doute deviné, vu qu’on n’est pratiquement plus en automne en fait), et l’indicateur cheveux-dans-l’assiette est unanime : l’invasion est endiguée ! \o/

Publicités

Test AZ : fragrance Cocosun – Shampooing solide Luciole

Vous qui ne jurez que par les ingrédients naturels, les recettes « slow » et les produits classiques… Tremblez ! Les autres, venez, on va s’marrer ^_^

Cet été, l’équipe Aroma-Zone, ignorant tout de l’usage que j’allais en faire, m’a gentiment laissée choisir parmi leurs dernières fragrances celle qui me tentait le plus. J’ai sélectionné la fragrance Cocosun : un parfum de fin d’été selon moi, sur une base de lait de coco sucré : j’aime beaucoup. J’ai beau collectionner les fragrances, je ne suis malgré tout pas très douée pour les décrire, alors écoutons l’expert AZ :

  • Note de tête : blanche et crémeuse aux très doux accords lactés
  • Note de cœur : lait et pulpe de coco, réchauffée par un caramel gourmand
  • Note de fond : vanille solaire addictive, enveloppée de légers accords boisés

Fragrance Cocosun

J’ai voulu l’utiliser dans un shampooing solide du même style que mon Schtroumpf bricoleur, mais il fallait qu’il évoque l’été. D’où la luciole. Et une luciole, ça brille. D’où une recette en fait très adaptée à cette période d’Halloween où j’écris ! 😀 Voici la recette, oui je fais encore durer le suspense pour les photos…

Phase n°1 :

  • 30% SCS
  • 15% SCI
  • 10% SLSA
  • 5% Sodium Lauroyl Sarcosinate
  • 8% « silimauve » *
  • 8% HV coco

Ajouts :

  • 20% sel fin
  • 2% inuline
  • 2% fragrance Cocosun
  • pigment phosphorescent **

* Le « silimauve » est une préparation personnelle qui s’inspire du silicone végétal de Caly et composée de 0,4% de carraghénane pour 99% d’infusion de mauve et 0,6% de Cosgard.

** J’ai trouvé ce pigment chez TKB (« nite glow ») mais vous pouvez aussi en trouver chez Aromat’Easy. Pour 100g de shampooing solide (soit deux lucioles), j’en ai utilisé ici une cuillère à café. Ce pigment brille dans la nuit après avoir été exposé quelque temps à la lumière (pour maximiser l’effet, laissez-le sous une lampe)… et pour avoir testé avec ma NSP, vous pouvez aussi vous en servir pour faire de chouettes peintures de guerre 😀

Pigment phosphorescent

Le mode opératoire, c’est le même que pour le Schtroumpf bricoleur. Et puis à force de lire mes recettes, vous devez bien savoir réaliser un shampooing solide non ? 😉

Voici quand même la réalisation en quelques photos. Parce que c’est plus fun que pour un shampooing classique ^^

JourJour…

NuitNuit !

Lucioles day

Les lucioles tout juste démoulées. Pour une raison qui m’échappe encore, de blanches, elles sont rapidement devenues roses, puis définitivement brun clair à la fin de la soirée… J’ai déjà eu ce phénomène sur un autre shampooing solide, et les seuls ingrédients en commun sont le SCS, le SCI et la carraghénane. Affaire à suivre :p

Lucioles nightEt les lucioles, by night. Elles sont belles non ? 😀

Le shampooing est à peu près le même que le Schtroumpf bricoleur qui m’a bien plu, donc pas grand-chose de révolutionnaire ! Pas de casse à déplorer cette fois-ci, rendu toujours très chouette, et j’aime beaucoup cette fragrance que l’on remarque bien sous la douche. Je ne peux pas vous dire si l’odeur reste sur les cheveux parce que j’utilise un après-shampooing parfumé lui aussi, mais il ne tient qu’à vous de tester…

Et cela va sans dire : oui, vous pourrez vous laver les cheveux dans le noir, mais non, vous n’aurez pas les cheveux phosphorescents après avoir utilisé ces lucioles. J’ai vérifié. Trouvez autre chose pour votre costume d’Halloween 🙂

Shampooing Schtroumpf Bricoleur… bricolé

Bonjour bonjour ! Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour un article que vous attendez depuis je-ne-sais-pas-combien-de-temps-mais-ça-se-compte-en-mois, j’ai nommé la version solide du shampooing Big Schtroumpf réalisé avec ma NSP Lison =D

*roulements de tambour*

Commençons par un rappel parce que ça ne date pas d’hier. Lison et moi avions mis au point un super shampooing que je trouvais soit trop mou, soit trop dur pour une utilisation optimale. Lison a creusé la piste du shampooing en pâte, et moi, celle du shampooing solide…

Pourquoi « Schtroumpf bricoleur », cette fois-ci ? Evidemment, parce que j’ai bricolé la recette à ma sauce : j’ai voulu tester le sel d’Epsom et le sel de la Mer Morte pour voir si ça changeait quelque chose au sel fin, et j’ai dû adapter la fragrance à ma fragrançothèque personnelle, tout en changeant les pourcentages de tensioactifs pour obtenir une recette solide.

bricoleur

Phase n°1 :

  • 30% SCS
  • 15% SCI
  • 10% SLSA
  • 5% Sodium Lauroyl Sarcosinate
  • 8% « jus de citron siliconé » *
  • 8% HV coco

Ajouts :

  • 10% sel de la Mer morte
  • 5% sel d’Epsom
  • 5% sel fin
  • 2% inuline
  • 2% fragrance (1% fragrance pêche LFDS, 0,5% fragrance Coconut cream GM, 0,25% fragrance Monoï GM, 0,25% HE citron)
  • colorant bleu

* Le « jus de citron siliconé » est une préparation personnelle qui s’inspire du silicone végétal de Caly et composée de 0,4% de carraghénane pour 99% de jus de citron et 0,6% de Cosgard. Vous pouvez utiliser du jus de citron « standard », ou du silicone végétal comme dans la recette précédente.

Après avoir respecté toutes les précautions d’hygiène habituelles, mélangez tous les ingrédients de la première phase dans un bol que vous placerez au bain-marie. Une fois le tout fondu, retirez-le du feu, incorporez les ajouts en mélangeant bien et répartissez la préparation dans un ou plusieurs moules. De préférence en forme de Schtroumpf. Si vous avez un moule bonhomme, ça marche aussi, dans ce cas réservez une petite quantité de pâte blanche avant d’ajouter le colorant bleu, pour mouler un bonnet ^_^

Schtroumpf

Bon, jusque là tout se passe bien. Sauf qu’à l’utilisation, ce pauvre Schtroumpf tout mignon s’est très vite démembré (on glisse dans la partie « Halloween » là :p)… J’ai donc dû sévir façon Gargamel.

Schtroumpf fondu

On voit encore la trace du bonnet dans mon galet de Schtroumpf fondu… hum ^^

Une fois le forfait commis (j’ai donc refondu le shampooing au bain-marie et l’ai coulé dans un autre moule), ce shampooing s’est avéré beaucoup plus pratique d’utilisation. L’effet volume que j’aimais beaucoup dans la version originale est toujours là,et j’ai beaucoup apprécié de le retrouver dans une version solide, habituée comme je le suis à ce type de shampooing. En revanche, je n’ai pas remarqué de vraie différence entre la version au sel fin et celle aux sels d’Epsom et de la Mer Morte. Je suis d’avis que vous pouvez faire à l’économie 🙂 Et quant à cette histoire de shampooing cassé, j’ai au début pensé que ma formule était en cause, sauf que toutes mes tambouilles suivantes réalisées dans ce même moule ont subi de vilains dégâts, quelle que soit leur composition. Je pense me tenir à l’écart de ce moule désormais :p

PS : si vous voulez vous aussi une pomme porte-savons, c’est chez POP ! N’oubliez pas d’acheter aussi quelques savons pour la tester 🙂

Sérum visage aux fruits rouges – Swap du Printemps

Vous avez remarqué que c’est de plus en plus n’importe quoi, ces pubs pour les autres produits du Swap du printemps ?

Sérum visage fruits rouges

Voici un sérum visage qui fera du bien aux peaux mixtes voire grasses, inspiré de Recettes Aroma qui s’inspire de Lush, une fois de plus.

Sérum visage aux fruits rouges (environ 25g) :

  • 8g de beurre de karité
  • 8g de beurre de sal
  • 5g d’argile verte
  • 3ml d’hydrolat de lavande
  • 1g d’oxyde de zinc
  • arômes (framboise, absolue de cassis)

A priori : faire fondre les beurres au bain-marie, et ajouter hors du feu l’argile, l’hydrolat de lavande, l’oxyde de zinc puis les arômes en mélangeant bien.

Pourquoi « a priori » ? Hmm, parce que… Je ne referai plus le coup, mais je n’avais pas noté dans quel ordre exactement j’ai mélangé tout ça pour obtenir la texture solide et homogène de la version d’Izaline. Je n’ai visiblement pas dû suivre le même ordre en refaisant la recette ensuite pour la tester moi-même, puisque ma version a fait de gros grumeaux d’argile qui ne voulaient pas se mélanger et que j’ai dû enlever pour avoir quelque chose d’à peu près homogène… ^^’ A re-tester donc pour valider cette procédure. Une nouvelle leçon pour les débutantes : partez du bon pied et commencez tout de suite à noter ce que vous faites avec vos ingrédients et dans quel ordre vous les ajoutez !

Barre de massage choco-noisette – Swap du Printemps

Votre attention s’il vous plaît, les autres petits produits du swap du printemps attendent leur lecteur à l’accueil, je répète…

barre-choco-noisette

Nous revoilà pour la dernière recette de la boîte-à-z’œufs consacrée au layering ! La dernière étape du layering c’est la crème hydratante, et le produit solide qui s’en rapprochait le plus dans mon esprit en pleine ébullition, c’est la barre de massage (inspirée des proportions de base de Caly). A utiliser pour le visage, ou pas ! :p

Barre de massage choco-noisette :

  • 5g de beurre de cacao
  • 5g de beurre de sal
  • 50g d’huile de noisette
  • 30g de cire d’abeille
  • 1g de vitamine E
  • du chocolat en poudre (j’ai dû noter combien sur la version imprimée de cette recette, il faut que je remette la main dessus !)

Faire fondre les beurres, l’huile de noisette et la cire d’abeille au bain-marie et bien mélanger. Ajouter la vitamine E et le chocolat en poudre, re-mélanger, et se dépêcher de couler dans un moule avant que ça prenne ! Utiliser le chocolat en poudre permet d’avoir, en plus d’un parfum de chocolat, un dégradé assez joli dans votre barre de massage… Un véritable œuf de Pâques !

Nettoyant fleuri pour le visage – Swap du Printemps

Attention scoop : il y a eu d‘autres produits préparés exprès pour le swap du printemps. Hé oui.

Nettoyant fleuri

Voici un nettoyant visage inspiré de celui de Cristine, lui-même inspiré de celui de Lush (quel succès !) :

Nettoyant solide 60ml :

  • 12.5g de SCS
  • 18.8g de stéarate de sodium en poudre
  • 24g d’huile de coco
  • 6.25g de glycérine
  • 6.25g d’huile de colza
  • 6.25g d’hydrolat de camomille
  • 3.2g de sel
  • 24 gouttes de fragrances fleuries (mélange Summer et absolues de jasmin et d’osmanthus)
  • 3 gouttes d’acide lactique
  • 3.2g d’oxyde de zinc
  • 1ml de cosgard

Faire fondre au bain-marie la première partie des ingrédients, du SCS au sel inclus, et mélangez bien. Pensez aussi à bien broyer le stéarate de sodium avant si c’est vous qui l’avez fait selon la méthode de Cristine, parce que sinon ça ne va pas fondre et vous allez galérer, avec vos petits grains en inclusion ! Le mien ne l’était pas suffisamment, je pense que c’est pour ça que le nettoyant s’est retrouvé plus mou que prévu. Mais mon expérience va vous servir à éviter ça n’est-ce pas ?

Hors du feu et lorsque la préparation a un peu refroidi (Cristine indique 40°, à vos thermomètres !), ajoutez les fragrances, l’acide lactique, l’oxyde de zinc et enfin le cosgard, en mélangeant bien. Ensuite, moulez, démoulez, et voilà !

Formule que j’ai aussi testée : en dehors du couac du stéarate de sodium, c’est un nettoyant visage que j’aime bien et qui nettoie comme il faut ! A refaire accompagnée d’un mortier et d’un pilon cette fois-ci !

Gommage solide à la fraise – Swap du Printemps

Depuis le temps vous n’êtes pas encore allés voir toutes les autres recettes du swap de printemps ?!?

Gommage fraise

En pensant « printemps », je suis assez rapidement arrivée à l’idée qu’il fallait que j’utilise des pépins de fraise dans un produit parfumé à la fraise et qui ressemble à une fraise (si si… en plissant les yeux peut-être, et caché au milieu d’un champ de fraises, c’est possible). Les pépins de fraise c’est gommant, j’ai donc préparé un gommage à la fraise ! Inspiré de cette recette 🙂

Gommage solide à la fraise :

  • huile de coco : 10%
  • huile de noisette : 8,5%
  • SCI : 5%
  • cire n°2 : 3,5%
  • acide stéarique : 1,5%
  • cire d’abeille : 0,5%
  • sucre brun : 25%
  • sucre blanc : 40%
  • pépins de fraise : 5%
  • arôme fraise des bois : 1%
  • colorant (oxyde rouge)

Alors, ça n’est pas très compliqué : on fait fondre les cires et l’acide stéarique avec les huiles au bain-marie et on ajoute le SCI dilué avec un peu d’eau (mais pourquoi elle n’est pas dans les ingrédients ? C’est ça quand on reprend des recettes longtemps après, ça m’apprendra ! ^^’), puis hors du feu, les sucres, les pépins de fraise, et enfin l’arôme et le colorant. On mélange tout bien, ça sent bon et on met dans des moules avant que ça ne prenne. Ensuite, on démoule, délicatement… parce qu’on a déjà vu des produits solides plus compact : je pense que remplacer l’huile de coco par un beurre ou augmenter le pourcentage d’acide stéarique pourrait aider, pour la prochaine version. Selon la sensibilité de votre peau, vous pourrez l’utiliser pour le visage ou pour le corps.

L’oeuf démaquillant à l’huile de coco – Swap de printemps

Pour d’autres oeufs à ajouter dans votre panier, c’est par !

Huile coco

Hmm. Alors voilà une recette pour débutants qui va me permettre de rattraper un peu plus vite mon retard dans la mise à jour du blog ! Pour la case « démaquillage à l’huile » de mon layering, j’utilise tout simplement de l’huile de noix de coco, parce que j’adore l’odeur (l’huile fonctionne très bien pour enlever le maquillage, essayez !). J’ai voulu la transformer en œuf et lui éviter de fondre quand il fait trop chaud… Il suffit donc d’utiliser entre 10 et 30% d’acide stéarique selon la température ambiante et la dureté désirée, et de faire fondre l’huile de coco et l’acide stéarique au bain-marie avant de couler le mélange dans des moules (ou des œufs ?) avant de le laisser refroidir. Plus d’acide stéarique = plus dur et plus résistant à la chaleur ! Et c’est tout !

Après-shampooing solide Coco&Cacao – Swap du Printemps

Pour d’autres produits du Swap du Printemps, c’est par !

AS coco&cacao

Recette inspirée de l’après-shampooing solide de Mam’zelle Emie 🙂

Pour un œuf de 60ml :

  • 5 gr de conditionner émulsifier
  • 10 gr d’émulsifiants : j’ai choisi la cire n°3
  • 40 gr de beurre dur : pour moi le beurre de cacao (brut, celui qui sent bon !)
  • 8 gr d’huile végétale : celle de coco
  • 7 gr de jus de citron
  • 5 gouttes de cosgard
  • arômes coco et cacao

On commence par tout faire fondre au bain-marie sauf les ajouts (cosgard et arômes) jusqu’à obtenir un mélange homogène. On continue à mélanger jusqu’à épaississement hors du feu… et chez moi ça n’a jamais voulu prendre ! J’ai touillé 10 minutes et j’en ai eu marre, même après séjour au frigo 5 minutes, 10 minutes, 15 minutes… rien. Il paraît que le mélange peut prendre une texture granuleuse pendant qu’il épaissit, si vous n’avez pas le droit aux mêmes caprices, et que ça s’arrange après homogénéisation. Et puis finalement j’ai ajouté le cosgard et les arômes, j’ai cligné des yeux, et pouf ! le tout était pris d’un coup ! Allez comprendre…

Il s’agit ensuite de verser / faire rentrer le mélange dans un ou plusieurs moules, laisser refroidir (en mettant tout ça au frais si besoin), et démouler ensuite (forcément). Vous allez plus galérer si vous optez pour l’option œuf, mais vous devriez tout de même arriver à fabriquer votre après-shampooing au parfum du blog !

Verdict : J’ai préparé un peu plus de cet après-shampooing pour le tester, et je dois dire que le beurre de cacao brut n’est sans doute pas l’idéal pour cette recette. Le côté plus chocolaté donne un effet granuleux pas des plus réussis… Peut-être qu’avec un beurre plus homogène le résultat serait davantage au rendez-vous ? J’espère que les cheveux d’Izaline ne m’en auront pas trop tenu rigueur !