Test AZ : l’huile de pracaxi – Crème de jour « La nouvelle Amazone »

Bonjour les lecteurs !

Je vous sens déçus par le titre, vous vous dites « mouais, elle essaie de nous recycler une ancienne recette en la faisant passer pour une nouvelle ! » Non non. Autant j’avoue que c’est plutôt pratique de pouvoir réutiliser mes jolies étiquettes amazoniennes, autant c’est une toute nouvelle recette, je vous assure, et en plus, elle est top. C’est simplement que le thème « produits amazoniens » m’inspire, tout comme AromaZone qui leur consacre une rubrique spéciale sur leur nouveau site ! Est-ce qu’AromaZone se sent proche de l’Amazone ? Allez savoir.

Quoiqu’il en soit, voici la recette de ma nouvelle crème de jour, qui vise toujours à purifier la peau tout en la tonifiant (j’ai gardé le guarana), dans laquelle j’ai voulu tester l’huile de pracaxi en solo. J’ai aussi rajouté certains de mes actifs fétiches et travaillé sur une formule à absorption rapide !

Je vous laisse découvrir sa recette :

Crème de jour « La nouvelle Amazone » :

Amazone 2

PHASE AQUEUSE :

  • Gel d’aloé vera : 20%
  • Infusion de guarana et tépezcohuite (à 10%) : 56,6%
  • Gomme xanthane : 0,3%

PHASE HUILEUSE :

  • Cire n°3 : 3%
  • HV pracaxi : 10%
  • Coco silicone : 5%

AJOUTS :

  • Bacti’pur 1,5%
  • Allantoïne 1%
  • Complexe Hydratation Intense 1%
  • Absolue benjoin 0,8%
  • Baume du Pérou 0,2%
  • Cosgard 0,6%

Bien entendu, vous commencez toujours par relire les précautions d’hygiène, n’est-ce pas ?

Ensuite, vous allez préparer l’infusion de guarana et de tépezcohuite, en comptant 10g de poudres pour 100g/ml d’eau bouillante. Laissez infuser 15 minutes avant de filtrer. Essayez de réutiliser les poudres par exemple pour un gommage ! Bien entendu, vous pouvez aussi opter pour un macérât hydroglycériné comme dans la précédente recette, si vous avez un peu de temps devant vous, mais… ça n’était pas mon cas 😉

Prélevez la quantité d’infusion nécessaire à la recette, rajoutez le gel d’aloé vera puis la xanthane pour former un gel homogène, et préparez dans un autre bol la phase huileuse. Faites chauffer séparément vos deux phases et procédez ensuite à l’émulsion (là, je simplifie, mais si vous êtes perdus, allez voir comment ça se passe en détail chez Hindi !). Une fois que vous aurez mélangé tout ça suffisamment longtemps, et que ça aura refroidi, c’est au tour des ajouts, que vous incorporerez en mélangeant bien. Mettez en pot, et à vous la crème amazonienne ! =D

Amazone

Résultat : je n’ai encore testé cette crème que depuis quelques jours, donc ne vous attendez pas encore à une étude poussée sur le long terme 😉 Mais ce qui est sûr c’est que c’est la crème la plus rapide à pénétrer que j’ai testée jusque là : moins de 15 secondes, montre en main ! Elle laisse ensuite une peau particulièrement douce et veloutée. Elle est plutôt fluide et possède aussi un très bon glissant qui rend l’application particulièrement agréable pour moi. Et je suis toujours fan de l’odeur un peu vanillée du mélange benjoin-baume du Pérou, qui s’accorde très bien avec la note de noisette de l’huile de pracaxi ! Une recette qui risque de devenir la nouvelle base de travail pour mes prochaines crèmes 🙂

J’espère que ces dernières recettes vous auront plu, et j’espère vous retrouver bientôt pour de nouvelles aventures ! À bientôt ^_~

PS : on dit « joyeux anniversaire Océane ! » ^^

Publicités

Test AZ : l’huile de pracaxi – Blob à lèvres hydratant

Bonjour les lecteurs !

Vous êtes inquiets avec un titre pareil, hein ? Une source anonyme mais qui se reconnaîtra néanmoins m’a suggéré que ça serait plus original que de parler de gelée à lèvres, et visiblement, je l’ai écoutée. Quant à savoir si c’est plus vendeur…! :p

Voici, en tout cas, une nouvelle recette qui utilise l‘huile de pracaxi que j’ai reçue en test de la part d’AromaZone. Comme vous avez pu le lire dans mon premier article à son sujet, j’ai découvert que j’aimais beaucoup l’effet de cette huile sur les lèvres. Ayant particulièrement apprécié ma crème à lèvres l’hiver dernier, puisque je n’ai pas eu de grosse attaque de gerçures, j’en ai refait une fournée dernièrement mais je l’ai trouvée moins nourrissante, ayant remplacé l’huile d’abyssinie par du caprylis. Il faut aussi que j’avoue que je suis assez fan des encres à lèvres qui ont assez tendance à dessécher et à rendre moche sur des lèvres gercées, et que j’en ai acheté de nouvelles qu’il faut bien que je teste ; en plus, je me mordille les lèvres pendant mes exams, et le retour du froid n’arrange rien.

Tout ça pour dire que je réfléchissais à une nouvelle solution pour contrer les lèvres gercées. J’aime bien l’huile de pracaxi pure donc, mais elle laisse quand même un petit film sur les lèvres, et puis c’est pas pratique en hiver (oui, j’anticipe) de compter sur une huile toute solidifiée. Je l’utiliserai pure en « masque » de temps en temps, mais pour tous les jours, j’en suis venue à formuler une…

Gelée à lèvres hydratante !

Blob noisette

  • « Silimauve » 38.5%
  • Gel d’aloé vera 38.5%
  • Gomme xanthane 0.3%
  • HV pracaxi 10%
  • Urée 10%
  • Acide hyaluronique 0.1%
  • « CHI » (Complexe hydratation intense) 1%
  • Arôme noisette 1%
  • Cosgard 0.6%

J’en ai préparé 10g, ce qui correspond tout pile au petit pot bulle rose (6ml) d’AromaZone.

Avant tout, un petit rappel des précautions d’hygiène

Commencez par préparer votre « silimauve » : c’est un gel inspiré du silicone végétal de Caly, avec une infusion de fleurs de mauve à la place de l’eau et un nom sympa :p Pour ma part, j’en ai préparé environ 50g même s’il m’en a fallu beaucoup moins dans cette recette : j’ai fait bouillir 50g (soit 50ml) d’eau que j’ai versée sur 0,5g de fleurs et j’ai rajouté 0,2g de carraghénane (avant filtration, je trouve que ça évite d’éventuels grumeaux), bien mélangé, et filtré après 15 minutes d’infusion. Une fois le mélange refroidi, j’ai ajouté 0,5g de Cosgard, pour pouvoir conserver le surplus de « silimauve » et l’utiliser dans mes prochaines tambouilles.

Passons donc à la réalisation de la recette proprement dite. Rien de très compliqué.

Prélevez la quantité nécessaire de « silimauve », et ajoutez-y l’urée en mélangeant pour bien la dissoudre. Rajoutez le gel d’aloé vera, et ajoutez à votre mélange la gomme xanthane en remuant bien pour éviter les grumeaux. Ajoutez l’huile de pracaxi à votre gel, puis les actifs, l’arôme et finalement le conservateur. Mettez en pot… Et voilà !

Blob

Résultat : un soin pour les lèvres à la texture originale, avec un agréable goût de noisette, et qui fond sur les lèvres pour une absorption super rapide. Je l’utilise plusieurs fois par jour, et mes lèvres vont de mieux en mieux !

Restez connectés et retrouvez-moi très vite pour une nouvelle recette autour de l’huile de pracaxi ^_~

Test AZ : l’huile de pracaxi – introduction

Coucou les lecteurs !

Vous savez quoi ? Je suis en vacances ! Enfin, me direz-vous, on va pouvoir avoir un peu de lecture. Hé ben, espérons :p

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de l’huile de pracaxi qui a récemment rejoint les rayonnages d’AromaZone, ici. J’ai été très contente qu’on me propose de la tester, parce que si vous avez suivi mes recettes, vous avez peut-être déjà remarqué que c’est une huile que j’aime beaucoup, sauf que mon fournisseur d’huile de pracaxi n’en proposait plus depuis quelque temps. Je l’ai donc retrouvée chez AromaZone avec plaisir ! Merci AZ ❤

HV pracaxi AZ

Je vous propose de commencer par s’intéresser plus en détail aux propriétés de cette huile amazonienne. AromaZone la conseille particulièrement pour le soin des cheveux :

  • Alternative naturelle au BTMS, elle conditionne et démêle les cheveux.
  • Disciplinante, elle aide à coiffer les cheveux rebelles et à contrôler les frisottis.
  • Gainante, elle limite la casse des cheveux lors du coiffage et les protège de la chaleur du sèche-cheveux.
  • Nourrissante, elle gaine et assouplit les cheveux secs, cassants et les pointes fourchues.
  • Embellit, adoucit et fait briller les cheveux rêches et ternes
  • Dessine les boucles des cheveux frisés et crépus
  • Grâce à son toucher soyeux non gras, elle ne laisse pas de sensation de gras sur les cheveux.

Mais l’huile de pracaxi est polyvalente ! On peut aussi l’utiliser dans le soin de la peau, puisqu’elle est aussi :

  • Régénérante, elle aide à réparer les peaux abîmées et booste le renouvellement cellulaire.
  • Assouplissante, elle contient des acides gras qui contribuent au maintien de l’hydratation de la peau.
  • Nourrissante, elle participe à la restauration du film hydrolipidique cutané, grâce à son contenu en acides gras.
  • Antibactérienne, elle est appréciée par les peaux à problèmes.

Vous savez quoi ? Quand j’ai reçu l’huile d’AromaZone à tester, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de la comparer avec mon huile Gisella Manske. Mon verdict, c’est déjà que celle d’AromaZone est un peu plus fluide (je vous ai dit que l’huile de pracaxi allait rester figée tout l’hiver, puisqu’elle se liquéfie à partir de 18,5° ?). Je trouve aussi qu’elle a un toucher plus sec, et surtout, elle sent vraiment meilleur ! Elle a une odeur assez sympa de noisette grillée je dirais, dont on doit pouvoir tirer parti dans une formulation qui l’utilise.

Comme je n’avais pas encore entendu parler des propriétés de l’huile de pracaxi sur les cheveux, j’ai décidé de la tester telle quelle tout en sachant que mes cheveux non-poreux n’aiment pas vraiment l’huile. Oui, c’était un pari risqué ! J’ai réparti quelques gouttes d’huile GM sur mes pointes du côté gauche, et quelques gouttes d’huile AZ du côté droit. ^^ Il n’y a pas eu d’effet soin miracle (rien d’étonnant), par contre je confirme que l’huile AZ tout particulièrement ne laisse pas de toucher tout gras sur les cheveux : en tout cas, pour moi c’est la meilleure huile parmi celles que je me suis risquée à tester telle quelle sur mes cheveux. Je pense que je la testerai dans une formulation plus adaptée à ma nature de cheveux, comme un après-shampooing par exemple.

En revanche, c’est sa réputation d’huile adaptée aux peaux à problèmes qui m’a attirée dès le départ. Mais j’ai remarqué que je l’avais toujours utilisée dans un mélange d’huiles, c’est pourquoi j’ai décidé de voir ce que ça donnait de l’appliquer pure sur la peau, en guise de dernière étape de layering… Au début, je me suis dit que c’était une mauvaise idée ! C’est assez gras quand même à l’application, et je n’ai pas la peau sèche, j’ai vite eu peur que ça ne pénètre pas et que ça reste tout luisant sur ma figure. Sauf que le temps que je finisse de râler intérieurement contre cette idée bizarre de tester une huile pure juste avant de me maquiller, j’ai remarqué que l’huile commençait en fait à être absorbée assez rapidement. Elle ne m’a pas laissé de film gras, juste une sensation de peau veloutée et douce, et j’ai même pu me maquiller sans problème. Cela dit je pense quand même que ça n’est pas l’idéal pour un layering matinal, mais pour le soir, pourquoi pas !

Et puis, un soir de flemme d’aller chercher ma crème pour lutter contre mes lèvres gercées, j’ai attrapé le flacon d’huile de pracaxi en me disant que ça ne ferait pas de mal, et que ça aurait le temps de poser pendant la nuit. AromaZone ne la conseille pas pour le soin des lèvres, mais j’ai trouvé cette huile super efficace ! Elle est rapidement absorbée mais laisse un petit film protecteur sur les lèvres, difficile à décrire parce que pas gras, mais très agréable. Et puis elle a un bon goût de noisette ! Le lendemain, j’ai trouvé que l’état de mes lèvres s’était bien arrangé, et j’ai décidé de l’utiliser dans une toute nouvelle formule.

Voilà déjà ce que je peux vous dire sur l’huile de pracaxi pure ! Je peux déjà vous proposer de jeter un œil à mes précédentes recettes qui comportent de l’huile de pracaxi : un sérum au thé vert et une crème amazonienne. Et c’est avec plaisir que je vous retrouverai très vite pour deux nouvelles recettes élaborées tout spécialement, alors, ne partez pas trop loin 🙂