Shampooing automnal « Ail laurier »

Bonsoir tout le monde !

J’avoue tout de suite : il n’y a ni ail ni laurier dans ce shampooing solide, mais j’ai dû juger qu’écrit « Ai! laurië », comme dans « Ai! laurië lantar lassi súrinen » ça serait trop facile à comprendre. C’est du quenya (elfique) et ça veut dire « Ah ! comme l’or tombent les feuilles dans le vent »…

Tolkien - Namarië

Tolkien – « Namarië »

Bref. C’est l’automne. En automne, les feuilles tombent, et les cheveux ont tendance à faire de même… Je ne m’étais jamais vraiment intéressée à la question et j’aurais pu continuer comme ça encore longtemps (les cheveux, ça repousse :p), si je n’avais pas été alertée par la découverte récurrente de cheveux dans mes petits plats. Et ça, je ne laisse pas passer !

Je me suis basée sur ma dernière recette de shampooing solide à la mode, celle du Schtroumpf bricoleur / shampooing luciole, et j’ai rajouté tout plein d’actifs fortifiants et anti-chute.

Phase n°1 :

  • 25% SCS
  • 10% SCI
  • 10% SLSA
  • 5% Sodium Lauroyl Sarcosinate
  • 4% HV Ricin
  • 4% HV pracaxi
  • 8% jus de citron

Ajouts :

  • 20% sel fin
  • 2% bringharaj
  • 2% amla
  • 2% poudre d’ortie
  • 2% kapoor kachli
  • 2% shikakai
  • 1,5% glycérine
  • 1,5% inuline
  • 1% HE sauge sclarée

Comme d’habitude, respectez les précautions d’hygiène habituelles, préparez votre bain-marie habituel, mettez tous les ingrédients de la phase 1 dans votre bol habituel, puis quand c’est tout fondu ajoutez la suite en mélangeant bien, et mettez en moule. Il faut savoir que c’est un shampooing aux poudres donc si vous avez testé, vous savez ce que ça veut dire : couleur moche à l’horizon ! J’ai d’abord coulé deux mini-feuilles dans mon moule à mini-feuilles, et pour essayer de varier un peu la couleur, j’ai rajouté du dioxyde de titane pour l’éclaircir. Notez que comme je voulais une couleur feuille morte en fait, avant ça j’ai essayé avec des colorants alimentaires et des micas et rien d’autre ne fonctionne, je vous gagne du temps :p

Shampooing solide Ail laurier

Et voilà le résultat ! Ça n’est pas mon plus beau shampooing ni celui qui sent le meilleur… mais il fait bien son boulot. Ça fait quelque temps que je le teste (vous l’aviez sans doute deviné, vu qu’on n’est pratiquement plus en automne en fait), et l’indicateur cheveux-dans-l’assiette est unanime : l’invasion est endiguée ! \o/

Publicités

Shampooing Schtroumpf Bricoleur… bricolé

Bonjour bonjour ! Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour un article que vous attendez depuis je-ne-sais-pas-combien-de-temps-mais-ça-se-compte-en-mois, j’ai nommé la version solide du shampooing Big Schtroumpf réalisé avec ma NSP Lison =D

*roulements de tambour*

Commençons par un rappel parce que ça ne date pas d’hier. Lison et moi avions mis au point un super shampooing que je trouvais soit trop mou, soit trop dur pour une utilisation optimale. Lison a creusé la piste du shampooing en pâte, et moi, celle du shampooing solide…

Pourquoi « Schtroumpf bricoleur », cette fois-ci ? Evidemment, parce que j’ai bricolé la recette à ma sauce : j’ai voulu tester le sel d’Epsom et le sel de la Mer Morte pour voir si ça changeait quelque chose au sel fin, et j’ai dû adapter la fragrance à ma fragrançothèque personnelle, tout en changeant les pourcentages de tensioactifs pour obtenir une recette solide.

bricoleur

Phase n°1 :

  • 30% SCS
  • 15% SCI
  • 10% SLSA
  • 5% Sodium Lauroyl Sarcosinate
  • 8% « jus de citron siliconé » *
  • 8% HV coco

Ajouts :

  • 10% sel de la Mer morte
  • 5% sel d’Epsom
  • 5% sel fin
  • 2% inuline
  • 2% fragrance (1% fragrance pêche LFDS, 0,5% fragrance Coconut cream GM, 0,25% fragrance Monoï GM, 0,25% HE citron)
  • colorant bleu

* Le « jus de citron siliconé » est une préparation personnelle qui s’inspire du silicone végétal de Caly et composée de 0,4% de carraghénane pour 99% de jus de citron et 0,6% de Cosgard. Vous pouvez utiliser du jus de citron « standard », ou du silicone végétal comme dans la recette précédente.

Après avoir respecté toutes les précautions d’hygiène habituelles, mélangez tous les ingrédients de la première phase dans un bol que vous placerez au bain-marie. Une fois le tout fondu, retirez-le du feu, incorporez les ajouts en mélangeant bien et répartissez la préparation dans un ou plusieurs moules. De préférence en forme de Schtroumpf. Si vous avez un moule bonhomme, ça marche aussi, dans ce cas réservez une petite quantité de pâte blanche avant d’ajouter le colorant bleu, pour mouler un bonnet ^_^

Schtroumpf

Bon, jusque là tout se passe bien. Sauf qu’à l’utilisation, ce pauvre Schtroumpf tout mignon s’est très vite démembré (on glisse dans la partie « Halloween » là :p)… J’ai donc dû sévir façon Gargamel.

Schtroumpf fondu

On voit encore la trace du bonnet dans mon galet de Schtroumpf fondu… hum ^^

Une fois le forfait commis (j’ai donc refondu le shampooing au bain-marie et l’ai coulé dans un autre moule), ce shampooing s’est avéré beaucoup plus pratique d’utilisation. L’effet volume que j’aimais beaucoup dans la version originale est toujours là,et j’ai beaucoup apprécié de le retrouver dans une version solide, habituée comme je le suis à ce type de shampooing. En revanche, je n’ai pas remarqué de vraie différence entre la version au sel fin et celle aux sels d’Epsom et de la Mer Morte. Je suis d’avis que vous pouvez faire à l’économie 🙂 Et quant à cette histoire de shampooing cassé, j’ai au début pensé que ma formule était en cause, sauf que toutes mes tambouilles suivantes réalisées dans ce même moule ont subi de vilains dégâts, quelle que soit leur composition. Je pense me tenir à l’écart de ce moule désormais :p

PS : si vous voulez vous aussi une pomme porte-savons, c’est chez POP ! N’oubliez pas d’acheter aussi quelques savons pour la tester 🙂

Et POP!

Cher Lecteur,

Je t’annonce une grande nouvelle !!! Lison, que tu connais sans doute déjà, a finalement annoncé officiellement l’ouverture imminente de sa savonnerie POP!, et si tu connais bien ma NSP, tu imagines déjà que c’est une occasion en or de mettre la main sur ses fantastiques savons originaux, colorés et tout doux. Ayant pu avoir un aperçu en avant-première de ceux qu’elle va proposer à la vente, je peux t’assurer que tu ne seras pas déçu ! Tu pourras en apprendre plus dans son dernier article, et surtout, suivre la page Facebook de POP! pour ne rater aucune actualité. N’hésite pas à en parler autour de toi !

POP!

Bisous Bisous (référence intentionnelle au style des articles de Lison ^^)

Test AZ : l’huile de pracaxi – Crème de jour « La nouvelle Amazone »

Bonjour les lecteurs !

Je vous sens déçus par le titre, vous vous dites « mouais, elle essaie de nous recycler une ancienne recette en la faisant passer pour une nouvelle ! » Non non. Autant j’avoue que c’est plutôt pratique de pouvoir réutiliser mes jolies étiquettes amazoniennes, autant c’est une toute nouvelle recette, je vous assure, et en plus, elle est top. C’est simplement que le thème « produits amazoniens » m’inspire, tout comme AromaZone qui leur consacre une rubrique spéciale sur leur nouveau site ! Est-ce qu’AromaZone se sent proche de l’Amazone ? Allez savoir.

Quoiqu’il en soit, voici la recette de ma nouvelle crème de jour, qui vise toujours à purifier la peau tout en la tonifiant (j’ai gardé le guarana), dans laquelle j’ai voulu tester l’huile de pracaxi en solo. J’ai aussi rajouté certains de mes actifs fétiches et travaillé sur une formule à absorption rapide !

Je vous laisse découvrir sa recette :

Crème de jour « La nouvelle Amazone » :

Amazone 2

PHASE AQUEUSE :

  • Gel d’aloé vera : 20%
  • Infusion de guarana et tépezcohuite (à 10%) : 56,6%
  • Gomme xanthane : 0,3%

PHASE HUILEUSE :

  • Cire n°3 : 3%
  • HV pracaxi : 10%
  • Coco silicone : 5%

AJOUTS :

  • Bacti’pur 1,5%
  • Allantoïne 1%
  • Complexe Hydratation Intense 1%
  • Absolue benjoin 0,8%
  • Baume du Pérou 0,2%
  • Cosgard 0,6%

Bien entendu, vous commencez toujours par relire les précautions d’hygiène, n’est-ce pas ?

Ensuite, vous allez préparer l’infusion de guarana et de tépezcohuite, en comptant 10g de poudres pour 100g/ml d’eau bouillante. Laissez infuser 15 minutes avant de filtrer. Essayez de réutiliser les poudres par exemple pour un gommage ! Bien entendu, vous pouvez aussi opter pour un macérât hydroglycériné comme dans la précédente recette, si vous avez un peu de temps devant vous, mais… ça n’était pas mon cas 😉

Prélevez la quantité d’infusion nécessaire à la recette, rajoutez le gel d’aloé vera puis la xanthane pour former un gel homogène, et préparez dans un autre bol la phase huileuse. Faites chauffer séparément vos deux phases et procédez ensuite à l’émulsion (là, je simplifie, mais si vous êtes perdus, allez voir comment ça se passe en détail chez Hindi !). Une fois que vous aurez mélangé tout ça suffisamment longtemps, et que ça aura refroidi, c’est au tour des ajouts, que vous incorporerez en mélangeant bien. Mettez en pot, et à vous la crème amazonienne ! =D

Amazone

Résultat : je n’ai encore testé cette crème que depuis quelques jours, donc ne vous attendez pas encore à une étude poussée sur le long terme 😉 Mais ce qui est sûr c’est que c’est la crème la plus rapide à pénétrer que j’ai testée jusque là : moins de 15 secondes, montre en main ! Elle laisse ensuite une peau particulièrement douce et veloutée. Elle est plutôt fluide et possède aussi un très bon glissant qui rend l’application particulièrement agréable pour moi. Et je suis toujours fan de l’odeur un peu vanillée du mélange benjoin-baume du Pérou, qui s’accorde très bien avec la note de noisette de l’huile de pracaxi ! Une recette qui risque de devenir la nouvelle base de travail pour mes prochaines crèmes 🙂

J’espère que ces dernières recettes vous auront plu, et j’espère vous retrouver bientôt pour de nouvelles aventures ! À bientôt ^_~

PS : on dit « joyeux anniversaire Océane ! » ^^